Verlan, javanais, louchébem
ou largonji : quand les mots
se défont

Publié le 06/02/2018 par Assimil
1 commentaire


« Lavéssoque-vous larlépem le louchébem ? » Vous ne comprenez pas ? Cela signifie tout simplement (ou presque) : « Savez-vous parler le louchébem ? ». Comme le verlan, le javanais ou le largonji, le louchébem fait partie de ce qu’on appelle l’argot à clef : un langage codé, seulement compris par ceux qui possèdent la clef de compréhension. Permutation, inversement, substitution : autant de procédés variés, utilisés parfois il y a plusieurs siècles, pour créer un moyen de communication propre à une classe sociale ou juste jouer avec la langue française. Partez à la découverte de ces langages qui font et défont les mots, avec Assimil.

Qu’est-ce que le verlan ?

De tous les argots à clef, le verlan est sans doute le plus connu puisqu’il est encore largement utilisé au quotidien. Pour ceux qui l’ignorent encore, le nom de ce langage applique sa propre règle : il s’agit de « à l’envers »… à l’envers.

Histoire du verlan

Ce que beaucoup ignorent, en revanche, c’est que les premières traces de verlan datent du XIIe siècle. Dans l’ouvrage Tristan et Iseut, le personnage principal se fait passer pour un jongleur du nom de Tantris.

Entre le XVI et le XVIIe siècle, l’inversement de syllabes est utilisé par le peuple pour rire du pouvoir et d’eux-mêmes. Par exemple, la dynastie des Bourbons est renommée les Bonbours ou les sans-souci (les personnes pauvres), les sans six sous. Même le célèbre philosophe Voltaire tient son nom du verlan du nom d’un village voisin de celui de son grand-père : Airvault.

Il faudra attendre 1954 et le roman Le Rififi chez les hommes d’Auguste Le Breton pour voir le terme, alors écrit « verlen », apparaître.

Verlan : mode d’emploi

Comme toute langue qui se respecte, le verlan a ses règles et ses exceptions. Les mots de deux syllabes sont les plus simples à construire, l’inversion se faisant simplement. Ainsi, bizarre devient zarbi ou méchant, chanmé.

Pour les mots de trois syllabes, les exemples sont plus rares, mais plusieurs constructions sont possibles :

  • ABC (où chaque lettre est une syllabe) devient BCA. Défoncé : foncedé; rigoler : goleri.
  • ABC devient CBA. Portugais : gaitupor (très peu utilisé).
  • ABC devient CB. Énervé : véner.

Pour les monosyllabes, on peut inverser les phonèmes (fou : ouf ; toi : ouate) ou modifier en dissyllabe avant inversement puis troncation. Plus concrètement, fête : fê-teu : teu-fé : teuf.

À lire aussi : Le verlan dans le monde

Qu’est-ce que le javanais ?

Attention, on ne parle évidemment pas de la langue d’Indonésie ! Le javanais défait les mots de la langue française en incorporant les segments « va » et « av » entre la consonne et la voyelle d’une ou plusieurs syllabes d’un mot. Et le rendu est pour le moins étonnant. Par exemple, « Bonjour. Comment allez-vous ? » se prononce « Bavonjavour. Cavommavent avallavez-vavous ? ». Cela demande un sacré exercice cérébral pour parler parfaitement et rapidement le javanais, ainsi qu’une pratique régulière.

Cet argot à clef est apparu à l’aube des années 1860, et était parlé initialement par les bandits et voyous en tous genres. Un langage que vont rapidement s’approprier les jeunes, fin XIXe, début XXe siècle. Il faut dire que la construction du javanais est plutôt amusante, fait la part belle à la créativité et, surtout, représentait un moyen de communication « secret », incompris par les adultes. Mais ce langage va se démocratiser, à Paris puis partout ailleurs, jusque dans les années 1960.

De grands auteurs comme Raymond Queneau se prêteront même au petit jeu du javanais dans leurs textes. Les amateurs de chanson française savent sans doute que Serge Gainsbourg a composé une chanson appelée « La Javanaise ». Si le texte est bien en français « classique », le chanteur utilise une allitération en « V » : « J’avoue j’en ai bavé pas vous, mon amour. Avant d’avoir eu vent de vous… ».

Largonji et louchébem qu’est-ce que c’est ?

Parmi les argots français qui font et défont les mots, le largonji et le louchébem sont étroitement liés et ont, eux aussi, marqué la fin du XIXe et le début du XXe siècle.

Le largonji

Comme de nombreux langages secrets, le largonji ne sort pas de l’Académie française mais a été créé par des prisonniers ou des bandits. Pour preuve, en 1828, l’un des premiers mots connus est lorcefé qui signifie « forcé ». Rapport à l’ancienne prison parisienne de la Force.

Comment parler le largonji ? La règle est un peu technique. Si le mot commence par une consonne (ou deux), il faut remplacer cette lettre par un « L », puis ajouter la lettre supprimée à la fin du mot, en la prononçant comme si vous l’épeliez. Un exemple permettra d’y voir plus clair. « Bonjour » se dira Lonjourbé, et « pardon » se traduira par lardonpé. On comprend ainsi que largonji est la traduction du mot jargon.

Si le mot débute par une voyelle, le « L » remplacera la première consonne du mot qui prendra place, là encore, à la fin du mot. Par exemple, alentionté pour « attention ».

De nos jours, certaines expressions familières françaises utilisent le largonji. Notamment « en loucedé » qui signifie, vous l’avez maintenant compris, « en douce ».

Le louchébem

Le louchébem et le largonji sont en quelque sorte cousins. D’ailleurs, l’appellation complète est « largonji du louchébem ». Littéralement : « Le jargon du boucher ». Car ce sont dans les abattoirs de Paris et Lyon, dans les années 1820, que les apprentis bouchers – particulièrement les plus durs d’entre eux – ont démocratisé ce langage.

Parler le louchébem est facile si vous maîtrisez le largonji. La règle est la même : un « L » en début de mot en remplacement d’une lettre qui vient se greffer à la fin. À la différence qu’ici, il faut rajouter un suffixe derrière : « -oc », « -ji », « -ème », « -uche », etc. Ainsi, « Bonjour » peut se dire Lonjourbème et « femme », lemmefuche. Aujourd’hui, on utilise, sans le savoir des mots de louchébem. C’est le cas de loufoque qui est tout simplement la traduction de « fou ».

Assimil vous accompagne …

Pour progresser dans une langue étrangère en apprenant les termes utiles du quotidien, découvrez nos guides de conversations disponibles dans un vaste choix de langues nationales ou régionales : anglais, espagnol, allemand, arabe, chinois, japonais ou encore breton, corse ou catalan.

Commentaires

Par Lauriane le 17/02/18 à 19h09

Hello 🙂
Merci pour cet article.
C’est en effet très intéressant de découvrir l’origine et l’histoire des différentes déclinaisons de la langue française.

Une langue sert à communiquer. A faciliter les échanges entre êtres humains mais on constate ici qu’elle a aussi le rôle de brouiller les pistes.

Elle permet de choisir avec qui on préfère communiquer et par qui on ne veut pas se faire comprendre. Fascinant 🙂

Lauriane du http://www.marathon-des-langues.com

Ajouter un commentaire

Interviews

articles populaires

Les nouveautés de la rentrée

08/08/13
196 commentaires

Nouveautés Assimil :
ce qui vous attend à la rentrée

24/06/14
110 commentaires

Sanskrit : le making-of

06/06/13
110 commentaires

Latin : retour vers le futur

28/09/15
102 commentaires

La méthode Assimil
disponible en digital

27/08/13
79 commentaires

Nouveautés : ce qui vous attend
au premier trimestre 2014

01/01/14
78 commentaires

Une nouvelle ligne graphique
pour la collection sans peine

11/08/15
67 commentaires

Les nouveautés de la rentrée 2015

05/08/15
66 commentaires

Le roumain, Ionesco
et la méthode Assimil :
entretien avec Vincent Ilutiu

14/04/14
42 commentaires

Privé : « La librairie Assimil n’attend que vous ! »

23/01/14
37 commentaires

derniers commentaires

au hasard

Robert Leonard
à la Polyglot Conference 2015

26/11/15
0 commentaire

Coupe du monde de football :
quelle star du ballon rond
est polyglotte ?

08/06/18
0 commentaire

Entretien avec Tony Bulger
(deuxième partie)

26/03/15
0 commentaire