Travailler en Australie :
quelles démarches effectuer ?

Publié le 26/03/2019 par Assimil
2 commentaires

Avec son taux de chômage parmi les plus faibles au monde, l’Australie se présente pour beaucoup d’Européens comme un pays où il peut être intéressant de tenter sa chance. D’autant que l’île d’Océanie attire également pour sa faune, sa flore, son climat et ses paysages variés et splendides. Mais aller travailler à l’autre bout du monde demande une bonne préparation et de nombreuses démarches à effectuer selon le visa souhaité. Tour d’horizon des visas permettant de trouver un job sur le sol australien et des conditions à réunir pour réussir votre projet.

Le visa PVT Australie : comment ça marche ?

Pour travailler en Australie, obtenir un visa PVT, pour Permis Vacances Travail, (ou WHV, Working Holiday Visa, en anglais) est sans doute le moyen le plus connu, mais surtout le simple et le plus économique. Ce précieux sésame vous offre la possibilité de voyager à travers le vaste pays d’Océanie, de découvrir cette culture, de faire de nouvelles rencontres, mais aussi de trouver un emploi pour financer votre périple. Le PVT est valable pendant un an, à la date de votre arrivée sur le sol australien.

Les conditions d’éligibilité au PVT Australie

Ce type de visa existe pour de nombreux pays à travers le monde. Si le nombre de PVT annuel est limité pour certaines destinations (le Canada, notamment), pour l’Australie, vous avez la certitude de l’obtenir si vous remplissez les conditions nécessaires. Ainsi, pour être éligible au Permis Vacances Travail Australie, vous devez :

• Être âgé de 18 à 30 ans ;
• Posséder un passeport français en cours de validité et idéalement valable durant toute la durée de votre séjour ;
• Posséder au moins 5 000 dollars australiens (environ 3 200 euros) sur votre compte bancaire ;
• Être en possession d’un billet d’avion de retour, ou posséder l’argent nécessaire pour en acheter un. Renseignez-vous auprès des compagnies aériennes qui proposent souvent des billets avec une date de retour ouverte ;
• Être assuré pour toute la durée de votre voyage, et être en mesure de présenter une attestation d’assurance ;
• Ne pas être accompagné d’un enfant à charge ;
• Ne pas avoir déjà obtenu un PVT par le passé.

À lire aussi : Permis Vacances Travail (PVT) : comment bien préparer son départ ?

PVT : pour quel type de contrat ?

Il est à noter que le travail ne doit pas être la raison première de votre venue en Australie. Le PVT se destine avant tout à des jeunes gens désireux de voyager et de passer des vacances dans un autre pays. Vous avez toutefois le droit de travailler assez librement, que ce soit à temps plein ou partiel, en tant que travailleur indépendant, en stage ou en bénévolat. Toutefois, une condition doit être respectée : ne pas travailler pendant plus de 6 mois pour le même employeur, ou alors pendant un an à condition de changer de lieu de travail. C’est notamment possible pour les entreprises possédant plusieurs antennes.

Comment renouveler son PVT ?

Le Permis Vacances Travail Australie n’est valable qu’un an. Il est toutefois possible de prolonger votre aventure australienne d’une année supplémentaire, tout en réalisant la demande depuis la plus grande île du monde. Mais pour décrocher cette extension de PVT, il faut avoir travaillé en Australie dans des conditions bien particulières.

Il vous faut notamment :

• Justifier d’au moins 3 mois (88 jours) de travail dans des secteurs précis : l’agriculture, l’élevage, l’arboriculture, la construction, la pêche ou perliculture, ou l’exploitation minière ;
• Avoir travaillé dans des zones de travail éligibles au renouvellement du PVT ;
• Répondre aux mêmes critères d’éligibilité que pour votre première demande : passeport valide, moins de 31 ans, somme d’argent nécessaire, etc.

Vous l’aurez compris, les secteurs de travail concernés sont considérés comme étant difficiles. Une grande majorité de voyageurs étrangers prennent la direction des zones rurales pour se lancer dans plusieurs mois de fruit-picking (la récolte de fruit, en français). Cela reste néanmoins un très bon moyen de rencontrer d’autres voyageurs venus du monde entier.

À lire aussi : Travailler à l’étranger : salarié expatrié, détaché et autres solutions

Un nouveau visa sponsorisé pour travailler en Australie

Jusqu’en mars 2018, le Graal pour travailler en Australie restait le Sponsorship Visa, autrement dit le visa sponsorisé. Ce visa temporaire donnait accès aux mêmes droits que les Australiens, sans restriction de secteur d’emploi ou de temps de travail.

L’ancien Visa 457

La particularité du Visa 457 (son nom officiel) : il était financé par l’entreprise qui souhaitait embaucher un étranger, tout en justifiant son besoin de main-d’œuvre. Plus officieusement, la société devait surtout expliquer pourquoi un local ne pouvait pas occuper le poste destiné à un travailleur de passage. En plus d’un prix relativement élevé, il concernait généralement des secteurs nécessitant des qualifications particulières (informaticien, scientifique, boulanger, etc.). Un visa d’une durée de quatre ans pouvant déboucher sur un statut de résident permanent, le tout payé par l’entreprise : une opportunité rare donc forcément recherchée.

À lire aussi : Vivre, partir travailler à l’étranger : dans quel pays s’expatrier ?

Le nouveau visa Temporary Skill Shortage (TSS)

Mais la donne a changé début 2018 puisque le gouvernement australien a tout simplement aboli le visa sponsorisé. La cause ? Une « perte de crédibilité », pour reprendre les termes de l’ancien Premier ministre, Malcolm Turnbull. Plus précisément, des abus de la part des entreprises qui n’embauchaient plus sur des postes difficiles à pourvoir, mais aussi sur des jobs peu qualifiés. Le gouvernement australien espère également redonner la priorité aux travailleurs locaux pour l’accès à l’emploi.

En réponse, le Visa 457 a été remplacé par le Temporary Skill Shortage (TSS), un visa qui cible un nombre d’emplois moins importants et se divise en deux catégories :

• Un TSS à court terme : d’une durée de 2 ans maximum, ce visa est renouvelable une fois depuis l’Australie, et plusieurs fois depuis l’étranger. Les conditions d’acceptation sont plus souples. Le visa coûte 1 175 dollars australiens (environ 740 euros).
• Un TSS à moyen terme : d’une durée de 4 ans, il permet à terme d’obtenir un visa de résidence permanente au bout de 3 ans. L’accession à ce visa est plus restreinte. Le visa coûte 2 400 dollars australiens (environ 1 500 euros).

Vous pouvez retrouver toutes les informations nécessaires : la liste des métiers ouverts, les modalités d’inscription et d’acceptation sur la page du gouvernement australien : Temporary Skill Shortage visa. Pour accéder à ses visas, certaines conditions sont nécessaires :

• Vous devrez obtenir une note minimale de 4,5 (pour le visa court) ou de 5 (pour le visa long) à chaque exercice de l’International English Language Testing System (IELTS) ou à un test de langue équivalent ;
• Votre entreprise devra vous verser un salaire annuel d’au moins 53 900 dollars australiens (environ 33 900 euros). Cette somme est susceptible d’évoluer au fil des années ;
• Votre employeur devra également prouver qu’ils n’ont pas trouvé de travailleur australien susceptible de pourvoir ce poste.

À lire aussi : Partir aux États-Unis : quel visa pour quel séjour ?

Assimil vous accompagne dans votre voyage en Australie et vous fait découvrir de façon ludique une variante de l’anglais qui vous sera utile dans le grand pays d’Océanie. Histoire de la langue, conseils de vocabulaire et de prononciation : emportez avec vous le guide de conversation anglais/australien d’Assimil.

Commentaires

Par Chris K. le 26/03/19 à 13h16

Et pour les personnes qui ont plus de 30 ans, quels sont les visas proposés pour s’installer et travailler en Australie ?
Cela semble presque mission impossible, tout comme aux Etats-Unis et au Canada…

Par Laurent Martin le 29/03/19 à 19h20

Bonsoir Assimil, d’autres langues sont-elles prévues d’ici la fin de l’année, je l’espère, car ce n’est pas avec des cahiers d’ allemand, ou de Russe de niveau intermédiaire que vous allez faire énormément de ventes
Cordailement

Ajouter un commentaire

Interviews

articles populaires

Les nouveautés de la rentrée

08/08/13
209 commentaires

Nouveautés Assimil :
ce qui vous attend à la rentrée

24/06/14
111 commentaires

Sanskrit : le making-of

06/06/13
110 commentaires

Latin : retour vers le futur

28/09/15
104 commentaires

La méthode Assimil
disponible en digital

27/08/13
91 commentaires

Nouveautés : ce qui vous attend
au premier trimestre 2014

01/01/14
78 commentaires

Les nouveautés de la rentrée 2015

05/08/15
77 commentaires

Une nouvelle ligne graphique
pour la collection sans peine

11/08/15
67 commentaires

Chinois : entretien
avec Hélène Arthus et Mei Mercier

01/03/16
60 commentaires

Les nouveautés de la rentrée 2018

14/08/18
55 commentaires

derniers commentaires

au hasard

Travailler au pair à l’étranger :
quelles conditions ?

18/01/16
0 commentaire

Linguanomics :
entretien avec Gabrielle Hogan-Brun

27/07/17
0 commentaire

Polyglot Conference 2016 :
Ellen Jovin

19/12/16
2 commentaires