Retraite à l’étranger :
comment préparer son expatriation ?

Publié le 17/01/2018 par Assimil
0 commentaire

Vie moins chère, rapprochement familial, destination ensoleillée… Les bonnes raisons d’être tenté de couler de beaux jours à l’étranger sont nombreuses. D’ailleurs, un senior sur trois reconnaît avoir envie de partir vivre dans un autre pays au moment de la retraite. Dans les faits, ce sont déjà plus d’un million de Français qui ont franchi le pas à l’issue de leur vie active. Mais cette aventure ne s’improvise pas. Langue, argent, santé : Assimil vous explique comment préparer son expatriation pour passer sereinement sa retraite à l’étranger.

Quel pays choisir pour sa retraite à l’étranger ?

Choisir un pays où passer sa retraite, c’est évidemment une question d’attente et d’intérêts personnels, aussi bien familiaux que culturels mais aussi, parfois, financiers. À l’heure de prendre leur retraite à l’étranger, les seniors français se dirigent principalement vers les pays du Maghreb, l’Espagne et le Portugal.

Ce dernier a d’ailleurs la cote en ce moment puisque, depuis 2013, il présente de nombreux avantages pour les retraités expatriés : exonération d’impôt sur la pension de retraite pendant 10 ans, taxes allégées sur les gains des produits d’épargne ou aucun droit de succession. Et pour ne rien enlever au charme portugais, le pays n’est qu’à 2 h d’avion de Paris et bénéficie de 300 jours d’ensoleillement par an.

Parmi les destinations privilégiées par les seniors français, on retrouve aussi des pays nettement plus exotiques d’Amérique centrale ou d’Asie :

  • Le Panama : faible coût de la vie et prix de l’immobilier attractif ;
  • Le Costa Rica : statut spécial pour les retraités étrangers, prix de l’immobilier attractif ;
  • La Thaïlande : faible coût de la vie, climat agréable.

Travaillez la langue du pays où vous vous expatriez

Si vous décidez de couler des jours heureux dans un pays dont vous connaissez la culture, voire dont vous maîtrisez la langue, vous n’avez aucun souci à vous faire. En revanche, si vous désirez partir en retraite dans un lieu entièrement nouveau, il faudra vous préparer en amont, au risque de vous retrouver isolé une fois sur place.

Dans certains pays, la maîtrise de l’anglais pourra vous aider les premiers temps, pour vous faire comprendre. Mais vous devrez rapidement apprendre la langue de votre pays d’accueil. Cela représentera un gros plus pour votre intégration auprès de la population locale, votre expérience personnelle sur place, et pour découvrir une nouvelle culture, celle que vous allez embrasser lors des prochaines années. N’hésitez donc pas à commencer l’apprentissage de la langue avant le jour du grand départ.

Pour une retraite tranquille, pensez à votre niveau de vie

C’est un point important à prendre en compte avant de prendre votre retraite à l’étranger. Généralement, là où vous irez, le coût de la vie sera moins cher qu’en France. Mais la vie dans une grande ville ou près d’un pôle touristique, même à l’étranger, peut devenir plus onéreuse que prévu.

À moins d’avoir une grosse somme de côté, prévoyez environ 2 500 € de pension, chaque mois, pour un ménage de deux personnes. Cette somme vous permettra de vivre tranquillement dans le pays de votre choix, voire même très confortablement dans certains lieux où le coût de la vie est faible.

Signalez votre départ à l’étranger à votre caisse de retraite

Soyez prévenu : préparer son expatriation passe par d’inévitables et fastidieuses démarches administratives, auprès de nombreux organismes. À commencer par vos caisses de retraite, celle de base et votre complémentaire, afin de toucher votre pension dans un autre pays. Plusieurs options s’offriront à vous :

  • Demander le virement sur le compte bancaire que vous aurez ouvert à l’étranger ;
  • Demander le virement sur votre compte français et opérer le virement vers votre compte étranger vous-même ;
  • Pouvoir accéder à l’argent au guichet de votre banque à l’étranger.

Un certificat de vie vous sera demandé chaque année afin de continuer à percevoir votre pension de retraite dans le pays de votre choix. Attention, toutefois, sachez que si vous vivez à l’étranger, vous n’aurez plus droit à l’allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA).

Quelle fiscalité pour les retraités à l’étranger ?

Il est primordial de se renseigner sur cet aspect avant de prendre votre retraite à l’étranger et préparer votre expatriation. Suivant le pays dans lequel vous vivrez, vous pouvez être, au choix, uniquement imposable dans votre nouveau lieu de résidence, en France, ou, dans certains cas de figure, dans les deux pays.

Cette fiscalité est liée à l’existence d’une convention ou d’accord binational, entre la France et votre pays de résidence. Aujourd’hui, ils sont 70 pays à n’avoir aucun accord fiscal avec l’Hexagone. Pour ne citer que quelques exemples, vous risquez une double imposition si vous partez vivre au Danemark, à Cuba, au Costa Rica ou en République Démocratique du Congo. Pensez à vous renseigner auprès de votre centre des finances publiques.

Pensez à votre santé, surtout à l’étranger

Selon le continent sur lequel vous comptez voyager, certains vaccins seront obligatoires, ainsi que d’autres facultatifs. Il est conseillé de vous y prendre suffisamment de temps en avance pour pouvoir vous déplacer sans aucun problème le jour du grand départ. Renseignez-vous sur le site du ministère des Affaires étrangères répertoriant les conseils aux voyageurs, par pays.

Et en cas de soucis de santé sur place ? Cela dépend de plusieurs cas de figure :

  • Vous revenez vous faire soigner en France : vous serez couvert normalement par l’assurance maladie.
  • Vous vivez dans un pays de l’Union européenne (UE) : vous serez pris en charge comme un habitant de ce pays, avec leurs règles de prise en charge.
  • Vous résidez hors UE, dans un pays ayant signé une convention de Sécurité sociale avec la France : ce sont les mêmes règles que pour un pays de l’Union européenne. C’est le cas notamment en Turquie, au Maroc ou en Tunisie.
  • Vous résidez dans un pays hors UE : vous n’êtes pas couvert et vous devez souscrire à une assurance volontaire auprès, par exemple, de la Caisse des Français de l’étranger (CFE). Vous pouvez également prendre une mutuelle pour ne pas avancer d’éventuels frais d’hospitalisation.

Assimil vous accompagne …

Préparer au mieux votre expatriation en apprenant, dès aujourd’hui, tous les termes utiles à votre intégration, grâce à nos guides de conversations disponibles dans un vaste choix de langues.

Ajouter un commentaire

Interviews

articles populaires

Les nouveautés de la rentrée

08/08/13
196 commentaires

Nouveautés Assimil :
ce qui vous attend à la rentrée

24/06/14
110 commentaires

Sanskrit : le making-of

06/06/13
110 commentaires

Latin : retour vers le futur

28/09/15
102 commentaires

La méthode Assimil
disponible en digital

27/08/13
81 commentaires

Nouveautés : ce qui vous attend
au premier trimestre 2014

01/01/14
78 commentaires

Une nouvelle ligne graphique
pour la collection sans peine

11/08/15
67 commentaires

Les nouveautés de la rentrée 2015

05/08/15
66 commentaires

Le roumain, Ionesco
et la méthode Assimil :
entretien avec Vincent Ilutiu

14/04/14
42 commentaires

Privé : « La librairie Assimil n’attend que vous ! »

23/01/14
37 commentaires

derniers commentaires

au hasard

Trouver un stage à l’étranger :
comment procéder ?

18/05/15
4 commentaires

La langue : un système logique ?

06/06/18
0 commentaire

Enseigner le français à l’étranger :
la bonne solution pour travailler
partout dans le monde ?

27/07/16
5 commentaires