Portugais, portugais du Brésil : quelles sont les différences ?

Publié le 02/01/2018 par Assimil
7 commentaires

Le portugais est la 3e langue européenne la plus parlée au monde et occupe la 4e place des langues les plus parlées au monde avec environ 240 millions de locuteurs aux quatre coins du globe. Comme de nombreuses langues parlées dans plusieurs pays, le portugais ne se présente pas sous une forme unique partout : il existe des variantes, tout particulièrement entre les deux plus grands pays lusophones que sont le Portugal et le Brésil. Focus sur les principales différences entre le portugais parlé en Europe et le portugais parlé au Brésil, ainsi que de la réforme du portugais.

Le portugais et le portugais du Brésil : une même langue… avec des variations notables

Quelles différences entre le portugais parlé au Brésil et au Portugal ?

  • L’accent et la prononciation

L’accent est sans aucun doute la première différence notable que l’on peut constater entre le portugais du Brésil et celui parlé au Portugal.

On ajoutera également qu’au Portugal le « s » se matérialisera souvent par le son [x], tandis qu’au Brésil le « s » peut se prononcer de plusieurs manières : [z], [s] mais aussi [x].

  • Grammaire et orthographe

S’il y a un grand vivier de mots à l’orthographe commune, on remarque que l’écriture de nombreux mots au Brésil tend à être simplifiée. À noter que de nombreux mots du portugais brésilien à l’orthographe simplifiée ont été adoptés comme orthographe officielle à l’occasion de la dernière grande réforme du portugais.

L’orthographe de certains mots est même américanisée dans certains cas. Au Portugal, l’attachement aux racines des mots est davantage ancré.

  • Langage formel

Autre différence notable entre le portugais et le portugais du Brésil, le langage formel. Au Brésil, le pronom « você » est souvent utilisé dans un cadre informel et l’on utilisera plus volontiers « o Senhor » ou « a Senhora » (« Monsieur« , « Madame« ) pour s’exprimer avec déférence. Cependant, dans plusieurs régions du Brésil on n’utilise pratiquement que le « tu ». Au Portugal, l’usage des pronoms est plus « classique ». Le « tu » est utilisé pour le tutoiement et « você » conserve sa vocation première qui est de servir au vouvoiement.

  • Le vocabulaire

Certaines différences existent également en matière de vocabulaire. On emploiera par exemple « frigorifico » au Portugal pour désigner un réfrigérateur tandis qu’on parlera de « geladeira » au Brésil. Les locuteurs portugais emploient par ailleurs « geladeira » pour désigner un congélateur. Ces types de petites différences sont parfois sources d’incompréhension entre locuteurs portugais et brésiliens. Pour dissiper tout malentendu, il ne faut pas hésiter à demander des précisions.

Bon à savoir

À noter que comme la grande majorité des langues, le portugais européen et le portugais du Brésil connaissent des différences au sein même des pays, à travers les dialectes régionaux essentiellement.

Entre le portugais et le portugais du Brésil, votre cœur balance

Si vous souhaitez vous mettre au portugais mais ne savez pas pour lequel opter : pas de panique ! En effet, même s’il existe des différences d’accent, de vocabulaire et d’orthographe notables, la base de la langue demeure la même. Ainsi, deux locuteurs venant du Brésil pour l’un et du Portugal pour l’autre sont tout à fait à même de se comprendre. Un temps d’adaptation sera sans doute nécessaire, mais aucun blocage majeur ne devrait être à déclarer.

Pour ce qui est d’arrêter votre choix, appréhendez ce futur apprentissage de manière pratique. Voyages, études, travail, installation à l’étranger : choisissez le portugais à apprendre en fonction de vos projets personnels à moyen et long terme.

Zoom sur les accords orthographiques

Comme toutes les langues, le portugais évolue au fil du temps, notamment par le biais des réformes des règles orthographiques. Régulièrement mises à jour, elles visent à standardiser et à harmoniser le portugais parlé dans les pays lusophones et en particulier à gommer les multiples différences entre le Brésil et le Portugal. Une problématique d’autant plus importante au niveau administratif car les variantes en matière de vocabulaire complexifient entre autres, l’établissement de documents officiels.

Parmi les modifications notables, on notera la réforme entrée en vigueur en janvier 2009, qui portait sur plus de 6 000 mots (5 000 mots pour le Portugal et 1 000 pour le Brésil) et opérait un rapprochement de la langue parlée.

Cela se traduit par exemple par :

  • Le retrait des lettres muettes (« p » et « c »), « acção » (« action ») se mue par exemple en « ação »* ;
  • Un nouvel alphabet de 26 lettres. Les lettres k, w et y, abandonnées lors de la réforme de 1943 réintègrent l’alphabet ;
  • La disparition du tréma ;
  • L’effacement de l’accent circonflexe pour certaines conjugaisons.

Le saviez-vous ?

Le portugais compte environ 240 millions de locuteurs dans le monde. Cette langue est principalement parlée, outre au Brésil et au Portugal, en Angola, au Mozambique, au Cap-Vert, en Guinée-Bissau, à São Tomé et Príncipe et au Timor-Oriental.

*Ce changement concerne essentiellement les mots du Portugal.

Assimil vous accompagne…

Assimil vous accompagne dans votre apprentissage du portugais à travers plusieurs supports. Méthode de langue, guide de conversation, dictionnaire, cahier d’exercices : vous trouverez forcément votre bonheur. À noter qu’il existe une méthode Sans Peine pour le portugais brésilien et le portugais classique.

Les enfants ne sont pas en reste avec le livre J’apprends le portugais en chantant qui permet d’aborder l’apprentissage du portugais de manière plus ludique.

Commentaires

Par Lauriane le 30/01/18 à 21h50

Hello,
Mon histoire avec Assimil a débuté avec le portugais du Brésil 🙂
Ravie d’avoir choisi la collection sans peine, niveau faux débutant B2, parlant déjà espagnol à ce moment là, ça m’a aidé à avancer avec le portugais. Après quelques mois d’apprentissage, je pouvais enfin parler couramment portugais avant de partir au Brésil 🙂
Merci

Lauriane du http://www.marathon-des-langues.com

Par MAX CHAUDRON le 17/09/18 à 13h45

Je ne suis pas d’accord. Pour parler une langue couramment il faut plusieurs années. J’apprends l’italien depuis 9 ans et je ne suis pas bilingue. C’est une grande mode de toujours dire apprenez une heure par jour une langue et vous parlerez couramment d’ici à quelques mois;
Bien sûr si on disait qu’il y a des difficultés plus aucune méthode de langue se vendrait. En fait on vend trop souvent du rêve
Max CHAUDRON

    Par Éditions Assimil le 17/09/18 à 15h08

    Max, vous êtes tout à fait libre de penser ainsi, il n’en demeure pas moins que la méthode Assimil fonctionne depuis 1929. Si son principe était bâti sur du vent, la maison d’édition aurait disparu depuis longtemps !

Par Halokkin le 19/09/18 à 19h00

Bonjour aux éditions Assimil et aux habitués de ce blog,

Je voudrais poser une question précise au sujet de la (ou plutôt des) méthodes de portugais existant :

Voilà, je possède déjà la méthode « le nouveau portugais », de Irène Freira-Nunes & José-Luis de Luna, celle de 1992 (avec la photo du monument en contre-jour –> la Tour de Belem ?, pardon pour mon ignorance !!).

Or, projetant de me (re)mettre à l’apprentissage de cette langue, je me dis qu’une « update » de ma méthode tomberait à point nommé !

Mais j’aimerais y voir plus clair en ce qui concerne les méthodes plus récentes : je constate qu’il en existe deux : celle de Maja von Vogel de 2012, ainsi que la toute récente de 2016, de nouveau de José-Luis de Luna et Irene Freire Nunes…
D’où mes questions :

-la méthode de 2012 de MvV est-elle complétement différente de celle de 1992 ?
-la méthode de 2016 de J-LL & IFN est-elle identique à celle de 1992 ? S’agit-il d’une simple actualisation ? Les dialogues sont-ils les mêmes ?
-et enfin, chers assimilistes lusophones, quelle méthode parmi ces 3 (ou deux ?) trouvez-vous la meilleure et conseilleriez-vous ?

Muito obrigado antecipadamente!

Halokkin

Par Michel BELLON le 19/09/18 à 22h55

Bonsoir Halokkin,

Je ne comprends pas très bien ta question.
Pour moi, si l’on remonte aux 45 dernières années, il y a d’abord la version d’origine, « Le portugais sans peine », de Jean-Loup et Alphonse CHÉREL, qui comptait 101 leçons. Les illustrations sont réalisées par Pierre Soymier et Robert Gring.
Elle a été ensuite remplacée par une méthode entièrement nouvelle, « Le nouveau Portugais sans peine », d’Irène FREIRE-NUNES et José-Luis DE LUNA, qui compte 100 leçons, et dont la couverture montre en effet un détail de la tour de Belém en contre-jour. Elle comporte des illustrations de Jean-Louis Goussé.
Cette même version, avec en couverture le cube aux trois photos qui caractérisait la maquette de l’époque, a été rééditée sous le titre « Le Portugais », avec quelques changement, assez mineurs car ils ne concernent pas le contenu des leçons mais les exercices dont beaucoup sont réduits, le petit appendice grammatical légèrement plus complet, et le lexique qui n’existait pas auparavant. D’autre part, les illustrations sont nouvelles, réalisées par Nico, et on note enfin une inversion des noms des auteurs, orthographiés maintenant sans traits d’union ni accents : Jose Luis DE LUNA et Irene FREIRE NUNES.
La réédition la plus récente, « Le portugais – português », sous la maquette de 2015, est absolument identique à la précédente, mais le prénom de l’auteur masculin a retrouvé son accent : José Luis.
Je ne connais pas la méthode que tu mentionnes, rédigée par Maja von Vogel.

La méthode Chérel, puis celle de Freire Nunes et de Luna, présentent des états de langue différents, mais sont intéressantes toutes les deux. Cependant, tu ne mentionnes que celles de la plume des deux derniers auteurs. Je choisirais personnellement la première édition (« Le portugais sans peine ») dont de nombreux exercices comportent des phrases supplémentaires par rapport aux deux rééditions qui l’ont suivie.

Bonne soirée,
Michel.

Par Michel BELLON le 19/09/18 à 23h45

Rebonsoir Halokkin,

Comme ta question m’a beaucoup surpris et me « turlupinait », j’ai mené une petite enquête et je pense avoir trouvé l’origine de l’erreur : tu as sans doute consulté le site d’Amazon, qui attribue en effet « Le Portugais » à Maja von Vogel, auteure allemande de livres pour enfants. Je vois aussi sur le même site que la toute récente réédition, « Le portugais – português », dans sa version coffret, est portée au crédit du poète, chanteur et cinéaste Mathias Malzieu.
Décidément, il y a quelque chose qui ne tourne pas rond au royaume des GAFA… 😀

Bonne fin de soirée,
Michel.

Par Halokkin le 20/09/18 à 8h30

Un grand merci, Michel, pour ces éclaircissements !

En effet, j’évoquais Maria Von Vogel (que je ne connaissais pas, même pas de nom !) en raison d’Amazon. Et en effet, Mathias Malzieu serait aussi l’auteur de la nouvelle version du portugais ! Comme tu le dis, les GAFA marchent sur la tête…

Bon, je vais donc agir en connaissance de cause.

Obrigado !

H

Ajouter un commentaire

Interviews

articles populaires

Les nouveautés de la rentrée

08/08/13
209 commentaires

Nouveautés Assimil :
ce qui vous attend à la rentrée

24/06/14
111 commentaires

Sanskrit : le making-of

06/06/13
110 commentaires

Latin : retour vers le futur

28/09/15
102 commentaires

La méthode Assimil
disponible en digital

27/08/13
81 commentaires

Nouveautés : ce qui vous attend
au premier trimestre 2014

01/01/14
78 commentaires

Les nouveautés de la rentrée 2015

05/08/15
77 commentaires

Une nouvelle ligne graphique
pour la collection sans peine

11/08/15
67 commentaires

Chinois : entretien
avec Hélène Arthus et Mei Mercier

01/03/16
60 commentaires

Les nouveautés de la rentrée 2018

14/08/18
46 commentaires

derniers commentaires

Trés intéressant! Merci

Sébastien
01/12/18

au hasard

SHIZEN, l’art de vivre japonais côté nature

03/10/18
5 commentaires

Trouver un stage à l’étranger :
comment procéder ?

18/05/15
4 commentaires

Imagidoux sonores Gründ-Assimil :
l’anglais dès 2 ans

30/08/13
0 commentaire