Les nouveautés de la rentrée 2015

Publié le 05/08/2015 par Éditions Assimil
60 commentaires

pack mp3 italien Assimil 2015

Comme chaque année, la rentrée scolaire 2015 est riche en nouveaux titres chez Assimil. Passage en revue de ce qui vous attend dans les prochaines semaines.

Collection Sans peine & perfectionnement

Pas de nouvelle langue dans la collection sans peine pour cette rentrée mais une importante actualité cependant : notre série légendaire se pare de nouvelles couvertures et d’une toute nouvelle mise en pages intérieure. Plus structurée, plus rapide d’accès, cette nouvelle mise en pages présente aussi une nouvelle couleur. Adieu le bleu, bienvenue au rouge. Le nouveau design graphique de la collection fait son apparition avec les rééditions de l’italien et du portugais du Brésil en août (sans modifications particulières par rapport aux éditions précédentes).
Espagnol 2015_Superpack

Après une longue attente, le perfectionnement espagnol sera enfin disponible en septembre. Cet ouvrage est signé David Tarradas, auteur et professeur d’espagnol bien connu de nos apprenants (il a signé par exemple l’espagnol avec les mains et le calendrier sonore d’espagnol). Le perfectionnement revêt les nouveaux atours de la collection sans peine et, pour la mise en pages, présente une couleur verte qui sera attribuée à tous les futurs titres de perfectionnement (nouveautés, mise à jour et réimpressions). On en reparle très bientôt sur le blog, et plus en détails…

Collection les Cahiers d’exercices

cahiers-exercices-chinois-Assimil

La collection connaît un succès grandissant et nous avons un important programme de parutions dans les mois qui viennent. Pour l’heure, le russe (niveau faux-débutants) rejoint les différentes langues de la série, avec 210 exercices très pratiques réalisés par notre spécialiste en la matière, Victoria Melnikova.
Le cahier d’exercices de mandarin pour faux-débutants vient compléter le cahier d’écriture paru en 2014, également conçu par Hélène Arthus.
Le FLE fait son entrée dans la collection avec un volume de French pour faux-débutants conçu par Estelle Box-Demontrond, une professeur de français, auteur et traductrice professionnelle qui vit en Nouvelles Galles du Sud (Australie) et qui a créé le blog wordzandwich. Ces trois nouveaux cahiers d’exercices paraissent ce mois-ci.
Quelques coffrets réunissant deux cahiers seront également disponibles courant octobre.

Les e-méthodes en coffret… et les autres

Des méthodes Assimil en digital mais en points de vente physiques ? C’est possible… et c’est même souhaitable, surtout si vous cherchez un joli cadeau digital à offrir à Noël. C’est la raison pour laquelle nous commercialiserons, à partir de septembre, 5 e-méthodes (anglais, espagnol, italien, allemand et russe) sous un élégant coffret argenté au design très pop, comprenant une carte de téléchargement et un livret de 16 pages. Le tout au même prix que les e-méthodes en téléchargement sur notre site (49,90 €).
Les adaptations de nos méthodes en version numérique se poursuivent à partir d’août avec les e-méthodes d’indonésien et de turc.
Au rayon livres numériques, nous commercialiserons bientôt le créole mauricien, le créole réunionnais et le thaï au format epub 2, epub 3 (avec l’audio) et Kindle.

Hors collection : 2 jeux de langues

étimo lingo_3D

En octobre on commencera à penser à Noël avec la parution de deux jeux de société consacrés aux langues : Etymolinguo et Délirolinguo. Ces deux jeux nous ont été proposés par Henrri-Sébastien Erhard, un professeur de lettres classiques qui s’est fait une spécialité des jeux de langues. Etymolinguo propose aux joueurs de trouver un maximum de mots français dérivés de racines latine ou grecques. Délirolinguo permet, par le jeu, de découvrir et d’apprendre 30 expressions communes de 12 langues (anglais, italien, espagnol, allemand, russe, arabe, portugais, turc, mandarin, japonais, hindi et français). Chacun de ces jeux est jouable à plusieurs à partir de 11-12 ans.

Jeu Délirolinguo Assimil

Commentaires

Par Laurent Martin le 05/08/15 à 21h31

très très bon blog bravo assimil

Par Halokkin Kisz le 10/08/15 à 21h38

… encore de nouvelles présentations…
…et pas de nouvelle(s) langue(s)…
…déception…

Par Marie-Therese Bleton Payan le 16/08/15 à 19h17

Bonjour, quant est-il de l’apprentissage sonore de la prononciation dans les douze langues présentées dans Délirolinguo (CD, etc) ? Merci Slts

    Par Éditions Assimil le 17/08/15 à 11h03

    Bonjour, il n’y a pas d’audio dans ce jeu mais des indications de prononciation. Inclure de la prononciation en audio ralentirait singulièrement le rythme des partie…

Par pascal le 20/08/15 à 16h22

Pas de nouvelles langues !
Hé oui, l’équipe d’Assimil commence à se faire vieille…lol

Par Bidinou le 07/09/15 à 14h41

Salut à tous !

J’en profite pour poser deux petites questions à l’équipe car je constate que nous avons la chance de pouvoir obtenir des réponses 🙂

– l’abandon de l' »Espéranto sans peine » m’a assez attristé car quand bien même je ne vous blâme pas puisque cela correspond probablement à une perte de vitesse de longue date de cette langue, cela l’entérine et la rend quasi irrémédiable de fait. J’aimerais bien avoir votre sentiment là-dessus 🙂

– je travaille avec la méthode Assimil Hindi et je suis assez frappé de constater que son contenu n’a pas été mis à jour en 20 ans (si je ne me trompe pas). Cela est assez étonnant pour une des langues les plus parlées au monde. Les français sont-ils si peu intéressés par le Hindi ? La méthode reste de qualité, bien entendu.

Merci !

    Par Éditions Assimil le 08/09/15 à 10h09

    Bonjour,
    les ventes de l’espéranto devenaient vraiment négligeables au fil des années. Comme vous le savez sans doute, des ressources de qualité (et gratuites) existent en ligne pour l’espéranto, ce qui est aussi une des explications.
    Quels sont les effectifs de l’espéranto aujourd’hui ? Difficile à dire. Mais force est de constater que l’anglais a pris la place de la langue universelle…
    Pour l’hindi, ce n’est pas une langue très demandée, et les libraires ne se précipitent pas pour la vendre. C’est toujours le même problème : des langues peuvent compter un nombre de locuteurs très important, elles peuvent cependant demeurer sous-représentées en points de vente.
    Il faut cependant la mettre à jour, c’est évident. C’est en bonne voie.

Par Chris Keller- Kostakiotis le 13/09/15 à 6h14

Effectivement, une remise à jour de la méthode de hindi est vraiment nécessaire…

D’autre part, un cahier d’écriture pour l’alphabet Devanāgarī serait un complément indispensable aux méthodes de hindi et de sanskrit.

    Par Éditions Assimil le 14/09/15 à 10h25

    Un cahier d’alphabet Devanāgarī est tout à fait envisageable si les ventes des prochains cahiers d’exercices confirment le succès des premiers ouvrages…

Par Gherardo Venturelli le 16/09/15 à 23h54

Bonjour,
il faudrait mettre à jour le hindi et le chinois, en plus il faut des cours de perfectionnement pour ces deux langues .
Merci !!!

Par Toni le 19/09/15 à 23h17

Il y a une erreur dans le nouveau cahier d’exercices de Chinois. A la leçon 13, exercice 4, il y a un problème de traduction pour la combinaison A3. En effet, « zhe ge zhouwu » signifie « ce vendredi » et non « ce samedi ».
Mis à part ça, je ne l’ai pas encore terminé mais j’en suis très satisfait. Je le conseille à tous ceux qui comme moi viennent de faire le Chinois sans peine et qui attendent avec impatience un Perfectionnement Chinois !

    Par Éditions Assimil le 21/09/15 à 10h01

    Merci Toni pour ce retour. Nous allons corriger cela de suite.

Par pascal le 21/09/15 à 20h40

Assimil envisage t-il de sortir un ouvrage sur les caractères cantonais ?

Par Tom le 14/10/15 à 13h47

Les méthodes « Assimil » sont excellentes ! Que ce soit l’anglais B2 ou C1, l’espagnol B2 ou C1, l’allemand B2 ou C1 ou encore l’hébreu B2 c’est une méthode vraiment passionnante ! Il est dommage cependant qu’il n’y ait pas de méthode « Assimil Hébreu C1 ».

Envisagez vous de sortir un ouvrage « Assimil Hébreu C1 » prochainement ou dans les années à venir ?

    Par Éditions Assimil le 14/10/15 à 14h49

    Merci Tom pour vos compliments ! l’hébreu est une langue qui progresse dans notre catalogue, alors pourquoi pas dans quelque temps ? Le problème des ouvrages de type ‘perfectionnement’, c’est que les libraires ne les référencent pratiquement jamais. Difficile d’avoir des ventes significatives dans ces conditions.

Par Tom le 30/10/15 à 12h41

Envisagez-vous prochainement (fin 2015 ou 2016) de procéder à une « refonte » avec les nouveaux designs (tel que les nouvelles méthodes d’espagnol (B2 & C1) ou encore de Latin) concernant les méthodes suivantes :

– Allemand (C1)
– Hébreu (B2)
– Arabe (B2 & C1)
– Russe (C1)
– Japonais (B2)
– Italien (C1)
– Hindi (B2)
– Chinois (Mandarin & Cantonais) (B2)
– Swahili

Je vous remercie par avance,

Cordialement.

Par Tom le 01/11/15 à 16h03

Assimile envisagerait-il dans les années à venir une méthode d’anglais  » English history  » avec 110 leçons d’histoire britannique ou américaine ? (In English, of course !)

    Par Éditions Assimil le 02/11/15 à 10h46

    Bonjour, non ce n’est pas prévu mais c’est une bonne idée !

Par Emmanuel le 17/11/15 à 9h47

Bonjour,

Est-il permis d’espérer une méthode de perfectionnement pour le portugais dans un avenir pas trop lointain ? À mon sens, cela serait à considérer étant donné l’importance économique grandissante du Brésil et de l’Angola, d’où un potentiel élevé de croissance du portugais à titre de langue internationale.

Et c’est sans parler de la grande richesse de la culture lusophone…

J’ai beaucoup aimé la méthode qui mène au niveau B2, mais elle laisse sur leur faim les lusophiles les plus convaincus !
Merci par avance.

Par Michel BELLON le 18/11/15 à 17h08

Bonjour,

Une de mes librairies favorites vient de remettre en vente les calendriers sonores avec codes QR pour l’anglais, l’espagnol et le français en base anglaise.
Je viens de m’apercevoir aussi qu’ils sont présentés dans la liste des ouvrages hors-collection sur le site d’Assimil, bien qu’ils n’y figurent pas comme nouveautés de cette fin d’année, ni qu’ils aient été annoncés comme tels sur ce bloc-notes.

Ces trois ouvrages annoncent 366 leçons, ce qui correspond au nombre de jours de l’année prochaine bissextile, mais cependant aucune indication ne précise sur les couvertures qu’il s’agit bien d’une édition 2016.

J’aimerais donc savoir ce qu’il en est. Ces calendriers reprennent-ils ceux parus l’an dernier en leur ajoutant simplement un jour, ou bien sont-ils entièrement nouveaux, comme cela était le cas chaque année pour les anciennes « Éphémérides » et avant elles les « Almaniaks » ?

Merci par avance pour votre réponse,
Michel.

    Par Éditions Assimil le 18/11/15 à 17h28

    Bonjour, ces calendriers sont des calendriers perpétuels. D’où les 366 jours. Ils sont rigoureusement identiques à l’année dernière et peuvent donc être offerts toute l’année.

Par Michel BELLON le 18/11/15 à 17h11

Rebonjour,

Question complémentaire à la précédente : qu’en est-il d’un éventuel calendrier 2016 consacré à l’humour juif ?

Merci encore,
Michel.

Par Yohan le 19/02/16 à 23h24

Bonjour Assimil,

Y a-t-il l’Italien perfectionnenment dans une nouvelle édition aussi?

Cordialement,

Yohan

    Par Éditions Assimil le 22/02/16 à 10h27

    Bonjour, non, c’est toujours la même édition.

Par Alexandre le 01/03/16 à 16h04

Bonjour,
je viens de terminer la méthode Assimil niveau B2 (ancienne édition maintenant) et j’aimerai commencer le perfectionnement. Mais est-il prévu une nouvelle édition « Anglais perfectionnement » prochainement?

Bien cordialement.

    Par Éditions Assimil le 01/03/16 à 16h32

    Bravo. Non, il n’y aura pas de nouvelle édition pour le moment. En revanche le perfectionnement sera mis à jour avec la nouvelle mise en pages et le nouveau design de couverture.

Par Serbero le 01/03/16 à 21h01

Le Perfectionnement Anglais est un très bon investissement, Alexandre, mais je ne saurais que vous conseiller d’avoir bien intégré le contenu de l’Anglais (B2) avant, afin d’en profiter au maximum!

D’ailleurs, je serais curieux de savoir si le Perfectionnement Russe et le Japonais connaîtront le même sort que le Perfectionnement Anglais. Je suis en train de fini le Russe pour la seconde fois et je commence à voir le bout des quelques 2000 kanjis que je me suis fixé d’apprendre avant de pouvoir passer à la vitesse supérieure!

Par GZI le 04/03/16 à 13h00

Bonjour,

Avez-vous prévu un perfectionnement pour le polonais ?

Sincèrement ça manque !

Merci pour votre réponse.

    Par Éditions Assimil le 07/03/16 à 11h45

    Non, ce n’est pas prévu pour le moment.

Par EDOUARD le 07/03/16 à 17h05

Bonjour,

Je me suis remis à l’anglais avec l’Anglais d’Amérique, qui est très bien! J’ai 2 questions:
1) dans la leçon 79, dans le paragraphe 2, il y a la phrase « didn’t you read Bonfire of the Vanities » suivie de la réponse au paragraphe 3 « No we haven’t ». Cette réponse m’a interpellé car ne devrait-on pas reprendre l’auxiliaire de la question et dire « no we didn’t/yes we did »? Est-ce une erreur?

2) est-ce qu’il y aura un ouvrage « perfectionnement américain » ou dois-je utiliser l’ouvrage « perfectionnement anglais »?

Cordialement

Par Edouard le 08/03/16 à 4h58

Bonjour,

Je me suis remis à l’anglais avec l’ouvrage l’anglais d’Amérique, qui est très bien. J’ai deux questions:
1) à la leçon 79, à la fin du paragraphe 2, il y a la question « didn’t you read The Bonfire of the Vanities? », suivie de la réponse au paragraphe 3 « no we haven’t ». Ne devrait-on pas plutôt reprendre l’auxiliaire de la question et dire « no we didn’t/yes we did »? Est-ce une erreur?

2) est-ce qu’il est prévu un perfectionnement en américain, ou dois-je utiliser l’ouvrage  » perfectionnement en anglais? »

Cordialement

    Par Éditions Assimil le 08/03/16 à 11h38

    Effectivement, cette question est pertinente, mais vu la permissivité de l’anglais américain, on a préféré poser la question à l’auteur qui vous répondra.

Par Chris K. le 05/06/16 à 0h32

Le quéchua (avec ses variantes parlées en Equateur, au Pérou, et en Bolivie):

La langue quéchua (qui est une alternative à l’espagnol en Amérique latine) est encore peu connue du public français et il n’y a quasiment pas d’ouvrages francophones sur cette langue amérindienne.

Elle est cependant enseignée à l’INALCO.

Une telle langue aurait elle sa place à l’avenir dans le catalogue ASSIMIL (soit sous forme de méthode, soit sous forme de guide de conversation) ?

Par Michel BELLON le 05/06/16 à 12h29

Bonjour Chris,

D’accord avec toi, mais le quechua a déjà une (toute) petite place, dans le guide de conversation espagnol d’Argentine de la série Évasion ! 😉

Bon dimanche,
Michel.

Par Chris K. le 05/06/16 à 16h09

Bonjour Michel,

Oui, mais cette ancienne version est épuisée !
La nouvelle édition de « l’espagnol d’Argentine de poche » ne contient pas de mots quechuas.

A première vue, le quechua standard dit « quechua de Cuzco » semble être une langue très complexe.

Par Michel BELLON le 05/06/16 à 19h14

Rebonjour Chris,

Je suis d’accord avec toi si tu penses à une publication du catalogue en cours.
Le guide Évasion n’est en effet plus référencé, bien qu’il soit toujours possible de se le procurer auprès de librairies en ligne.

En ce qui me concerne, je possède huit ouvrages sur la langue quechua, qui sont malheureusement eux aussi presque tous épuisés.
Parmi eux, « l’inévitable » Parlons, avec les tout aussi « inévitables » défauts de cette collection, que tu connais bien.

J’ai en particulier un manuel en français avec un titre proche (« Parlons kechwa », complété par un sous-titre en version originale « Runasimita rimasun »), écrit par Maximiliano Duran, publié en 2004 à Paris par les éditions HC. Cet éditeur est a priori différent de HC Editions, et je ne suis pas parvenu à le retrouver sur Internet, ni d’ailleurs le manuel en question. C’est sans doute dommage, mais ce livre, bien que conçu comme une vraie méthode, centré sur le quechua d’Ayacucho, n’est pas idéal.
L’auteur a indéniablement des connaissances approfondies en quechua, sa langue maternelle, et aussi en linguistique, comme le prouvent la terminologie qu’il utilise et la façon dont il aborde certains points. Pourtant, il ne met pas à profit ces atouts de façon optimale. Passons sur le fait que l’ouvrage, probablement écrit directement en français, contient quelques maladresses de formulation, ce qui signifie hélas que le manuscrit n’a pas été relu par un francophone de naissance. Ce qui est surtout à noter, c’est que le cours à proprement parler est organisé en 16 leçons qui n’occupent que 103 des 334 pages du livre. Le reste est consacré à une introduction (plutôt intéressante), un « Vocabulaire pratique pour le voyageur » de… 5 pages, et enfin un « Vocabulaire général », qui est la partie la plus développée, avec 200 pages (divisées pour moitié entre les entrées français-kechwa et kechwa-français) et un total d’environ 1600 mots. Ce sont presque exclusivement des mots « proprement kechwa », car l’auteur se refuse à lister les « adoptions », terme qu’il utilise pour désigner les nombreux emprunts faits par la langue, essentiellement au castillan. On perçoit donc derrière cet ouvrage une tentative de normalisation et de « régénération » de la langue, qui est d’ailleurs assumée, et qui somme toute est assez légitime, voire nécessaire quand on sait à quel point les langues autochtones d’Amérique centrale et du sud ont été attaquées, dans tous les sens du terme, par le castillan. Remarquons toutefois que le quechua reste très vivant aujourd’hui dans certaines régions. Après tout, en linguistique comme en d’autres domaines, le « métissage » ne nuit en rien à la vitalité, mais peut même au contraire la favoriser, comme l’exemple de l’anglais est là pour le rappeler.
Pour ce qui est du contenu du manuel, et comme on peut s’en douter, 16 leçons ne suffisent pas à épuiser le matériau grammatical d’une langue aussi radicalement différente de celles qui nous sont généralement plus familières. De plus, les exercices qui terminent chaque unité ne sont pas corrigés, et l’apprenant risque donc de faire beaucoup d’erreurs sans avoir la possibilité de les comparer aux bonnes réponses et ainsi de réfléchir et tirer de ses fautes les enseignements utiles.
Ajoutons que quelques textes de poésies ou chansons sont aussi donnés, mais ils ne servent pas à grand-chose car leur complexité linguistique va largement au-delà de ce qu’on peut acquérir dans le cours, et aucune explication qui permettrait de contourner au moins en partie cet obstacle n’est fournie.
Enfin, ce manuel n’est pas accompagné d’enregistrements, ce qui aurait été bien utile pourtant, car il y a quelques difficultés de prononciation (certaines articulations consonantiques existent sous trois variantes : « implosive » [ou simple], aspirée et glottalisée) et il n’y a pas de vraie transcription phonétique, ce qui est assez surprenant, car l’auteur doit certainement maîtriser l’API. Celle qu’il utilise est à peu près de même nature que dans les méthodes Assimil, envers lesquelles, comme tu le sais, je suis plutôt critique sur ce point 😀 .

Les difficultés principales du quechua tiennent à mon avis à son système de suffixes qui viennent s’ajouter à une racine de base pour créer des unités qui ont parfois pour équivalent des phrases entières dans les langues indo-européennes. Ce type de structure, que beaucoup de langues connaissent, suscite des difficultés plus au niveau de l’expression que de la compréhension, car s’il peut être souvent facile d’identifier les constituants d’un « mot » ou d’un « mot-phrase », il est en revanche bien moins aisé de savoir quels éléments utiliser et où les placer pour exprimer clairement sa pensée en quechua. Par ailleurs, le système verbal est riche en nuances. Il connaît par exemple un « mode évidentiel », selon la terminologie consacrée pour cette langue, qui n’est pas sans rappeler les modes du discours rapporté que l’on trouve par exemple en turc ou en bulgare, mais fonctionne de façon assez différente. Et puis le vocabulaire, ne présentant aucune similitude avec les langues de grande diffusion (exception faite, bien entendu, des « adoptions »), demande un effort de mémorisation tout aussi important que celui que l’on doit faire pour assimiler des langues comme le chinois, l’arabe ou le hongrois.
Inutile d’ajouter que je n’ai malheureusement pas retiré grand-chose de l’étude de ce cours, mis à part une idée générale de la structure de la langue, et que je suis très loin de pouvoir tenir une conversation, fût-elle élémentaire, dans la « langue des Incas » 😉 .

Dans l’ensemble, triste constatation, le quechua est un « parent pauvre » et même les éditeurs anglophones ou germanophones qui sont sur la même ligne qu’Assimil le dédaignent. On trouve pourtant quelques cours, en anglais et castillan, souvent écrits par des universitaires américains ou péruviens. En cherchant sur Internet, si tu veux t’initier à cette langue phénoménalement intéressante (eh oui…), tu trouveras même quelques méthodes avec support sonore en ligne.

Bonne soirée,
Michel.

Par Chris K. le 10/06/16 à 14h49

Merci Michel pour toutes ces infos.
Je possède déjà le « Parlons quechua » aux éditions de l’Harmattan.
La collection « Parlons… » n’est pas si mauvaise que ça;
c’est juste qu’il ne faut pas la considérer comme une méthode de langue, mais plutôt comme la présentation générale d’une langue et de sa grammaire avec un descriptif de l’histoire, de la géographie, et de la culture du pays dans lequel la langue est parlée.
Cette collection est un complément aux méthodes de langues (ASSIMIL ou autres).

Par Olivier Günst Horn le 11/06/16 à 11h19

Je viens de recevoir la toute nouvelle édition du « Hongrois sans peine ». Je possédais déjà l’édition de 1989 et celle de 2013. Et maintenant celle de 2016. Une petite merveille.
J’attends maintenant avec impatience le « Perfectionnement Hongrois ». Les auteurs me disent qu’il existe déjà sous forme manuscrite. Mais je comprends qu’Assimil hésite. Le « Perfectionnement Hongrois », s’il voit le jour, ce n’est pas le genre d’ouvrages que l’on s’arrachera. Déjà que je suis étonné qu’il y ait une nouvelle édition pour cette langue réputée « inapprenable » et que peu de personnes osent étudier à cause de cela.
Au fait, je serais heureux de recueillir les avis des « assimilistes » étudiant ou ayant étudié le hongrois.

Par Olivier Günst Horn le 13/06/16 à 12h16

Qu’est devenu mon commentaire du 10 juin ? J’ai fait un commentaire très élogieux de la toute dernière édition du « Hongrois sans peine », et je ne le trouve pas.
Y a-t-il une condition particulière pour publier des commentaires ?
Faut-il s’inscrire quelque part ?
Vraiment, je ne comprends pas.

Par Michel BELLON le 14/06/16 à 23h43

Bonsoir Olivier,

Il n’y a aucune différence entre la réédition du Hongrois qui vient de paraître et l’édition de 2013, qui elle-même n’apportait presque aucun changement à celle d’origine de 1989 mis à part le remplacement des illustrations, le rajout de dialogues récapitulatifs dans les leçons de révision (7, 14, 21…) et l’augmentation du lexique.
Il faut donc constater que presque rien n’a été fait depuis 27 ans pour renforcer la présence du hongrois dans le catalogue : la seule autre publication d’Assimil consacrée à cette langue est le guide de conversation de l’ancienne série Évasion, publié en 2004 et mis à jour en 2011. Notons que le hongrois n’a pas pour l’instant bénéficié d’un volume dans la nouvelle série, contrairement au roumain, au wolof, ou à certaines langues régionales de France.
Cela dit, la nouvelle édition du Hongrois est en effet beaucoup plus agréable dans sa présentation intérieure, plus claire, plus aérée, et finalement plus moderne. Je suis en revanche très réservé sur la nouvelle maquette de couverture, qui pour moi contraste assez fortement avec le reste en raison de son apparence de prospectus d’agence de voyages, mais je sais que d’autres apprécient ce choix, et on ne peut pas être toujours content de tout ! 😉

En ce qui concerne le contenu, maintenant, il est à mon avis à la hauteur de l’œuvre des deux auteurs, qui sont les « gourous » des études hongroises en France, et depuis fort longtemps. J’espère qu’il est inutile que je précise que j’utilise ce terme dans le sens le plus positif qu’il puisse revêtir. Mais il est cependant dommage qu’une nouvelle génération de spécialistes de la langue et de la culture magyares tarde à se manifester.
Si messieurs Kassaï et Szende ont déjà rédigé un Perfectionnement hongrois, je m’en réjouis au plus haut point, et j’attends avec une impatience extrême de l’avoir entre les mains. Hélas, les raisons que tu mentionnes pourraient en effet dissuader Assimil de se lancer dans la publication de ce volume. Cela relance au passage la question plusieurs fois évoquée du financement participatif (ou de la « souscription », comme on disait par le passé), projet dont on entend dire, à chaque fois qu’on en parle, qu’il est « à l’étude », mais qui ne semble pas beaucoup avancer.

La présentation du hongrois faite dans la méthode Sans peine est sans doute un peu succincte, mais on pourrait faire la même remarque pour toutes les langues de la collection qui ont un degré de difficulté assez important pour un francophone. Quatre-vingt-cinq leçons, c’est quand même assez peu, alors que la norme semble être maintenant de cent leçons pour chaque méthode, chiffre qui était même parfois largement dépassé dans les Sans peine des années 60 à 80.

Le hongrois fait partie des langues que j’ai été amené à étudier intensivement à une époque (maintenant lointaine !) de ma vie, mais dans des circonstances particulières, au travers du russe, dans des cours tels qu’ils étaient organisés jadis en U.R.S.S., relevant du « matraquage », et qu’on achevait soit en parlant parfaitement la langue enseignée, soit en la détestant et en y étant devenu allergique à vie 😀 . Je suppose que j’ai tenu le coup grâce à mes prédispositions particulières pour la grammaire « dure », mais aussi certainement en raison de la séduction subtile que cette langue unique sait exercer sur ceux qui s’intéressent à elle. Malheureusement, je n’ai pas pu me consacrer par la suite à l’entretien des connaissances que j’avais acquises, confronté aux mêmes obstacles que tous ceux (j’en connais pas mal, personnellement, et je sais qu’il y en a aussi un certain nombre sur ce bloc-notes !) qui sont victimes de boulimie linguistique mais que les obligations de la vie (professionnelle, surtout) empêchent de mettre suffisamment la théorie en pratique.
Et donc, sincèrement, je ne pense pas que le hongrois soit une langue exceptionnellement difficile. Personnellement, je placerais un cran au-dessus le finnois, par exemple (pour faire une comparaison avec une langue historiquement apparentée au hongrois, bien qu’il ne reste à présent presque rien de visible de leur origine commune, ni dans le vocabulaire, ni dans la structure grammaticale). Cependant, le hongrois est bel et bien déroutant au premier abord, et il nécessite un apprentissage méticuleux et rigoureux, ainsi que d’importants efforts de mémorisation.

Il faut bien dire qu’il existe d’autres méthodes de hongrois aussi bonnes que celles que propose Assimil, voire supérieures, mais ce n’est pas en France qu’il faut les chercher. Le problème est aussi que les éditeurs anglophones ne sont pas forcément les meilleurs dans le domaine et qu’on ne trouve pas non plus grand-chose en Allemagne. Certaines publications en russe sont excellentes, en tout cas pour ceux que l’étude systématique de la grammaire ne rebute pas. Pour en revenir au français, toutefois, le manuel qui me semble être le meilleur est hélas depuis longtemps épuisé. Il s’agit de celui publié à Budapest en 1967 (je possède la réédition de 1976) par Tankönyvkiadó (« Édition de manuels d’étude ») sous le simple titre de « Manuel de hongrois », ouvrage dans la grande tradition des méthodes pour étudiants étrangers que l’on trouvait dans les « pays de l’est » par le passé, et qui étaient en général très bien faites sur le plan linguistique. Ce manuel fait partie d’une série (Tanuljunk nyelveket!, « Apprenons les langues ! ») qui a publié en Hongrie, à partir des années 60 et jusqu’à la chute de l’ancien régimes, manuels et guides de conversation consacrés à plusieurs langues, et des cours de hongrois pour étranger comme celui de M. Lelkes.

Bonne soirée,
Michel.

Par Chris K. le 17/06/16 à 13h00

Bonjour,

Le hongrois est une langue complexe, mais pas impossible à apprendre, contrairement aux idées reçues.

La version 2013 du hongrois « sans peine » ASSIMIL ne présente effectivement que très peu de modifications par rapport à la première édition sortie en 1989.

Pour apprendre la langue hongroise, pour moi la meilleure méthode est:

« Halló, itt Magyarország! »
2 livres de cours et d’exercices (niveau 1 et niveau 2) + CDs audios et un livre de vocabulaire avec lexique anglais-hongrois et hongrois-anglais.

Auteurs: Erdős József et Prileszky Csilla
Editeur: Akadémiai Kiadó

Cette édition hongroise est un support d’apprentissage rapide du hongrois spécialement conçu pour les étrangers qui s’installent en Hongrie.

Par Michel BELLON le 17/06/16 à 15h50

Bonjour Chris,

Tu as raison de signaler « Halló, itt Magyarország! », méthode très utile pour l’apprentissage de la langue quand on peut la pratiquer au quotidien, donc essentiellement en se trouvant en Hongrie, mais qui pour beaucoup sans doute présentera la difficulté d’être rédigée uniquement en hongrois. Je ne suis pas entièrement sûr, mais il n’est pas impossible qu’une version en anglais ait été ultérieurement éditée. Cela reste à vérifier, et si c’était le cas, ce serait bien entendu une excellente chose.
De toute façon, le 3ème volume de la série (Kiegészítõ kötet, ou « Volume complémentaire ») donne aussi des informations en français, allemand et italien.

Ajoutons, pour rester sur le parallèle évoqué entre hongrois et finnois, deux langues cousines (bien qu’à un degré assez éloigné) que « Halló, itt Magyarország! » rappelle en tout point « Suomea suomeksi » d’Olli Nuutinen, et aussi, si l’on veut élargir à la troisième langue finno-ougrienne à statut officiel, l’estonien, « E nagu Eesti », de Mall Pesti et Helve Ahi.

Bonne fin de semaine,
Michel.

Par Michel BELLON le 17/06/16 à 16h05

Je ne sais pas comment le ő de « Kiegészítő kötet » a bien pu être converti en un õ qui nous ramène au portugais, car j’utilisais le clavier hongrois pour taper les mots de cette langue… Mystère, mais on va voir si cela se reproduit avec ce message.
Il s’agit donc bien de la lettre Ő, un O avec un double accent aigu, lettre particulière au hongrois qui sert à représenter le son [ø:], ou « eu du français peu » dans sa version longue. On retrouve le même signe diacritique dans Ű, qui représente le son [y:], ou « u du français lu », également long.

Par Chris K. le 17/06/16 à 21h12

Bonsoir Michel,

Tu as raison de préciser que le hongrois et le finnois sont des parents éloignés; bien qu’il y ait des points communs entre ces deux langues ouraliennes dans la structure (forme agglutinante par l’emploi de suffixes, harmonie vocalique) et des racines communes dans le vocabulaire; il n’y a aucune intercompréhension entre les locuteurs hongrois et finlandais (la communication en anglais s’impose !)
Le finnois et l’estonien sont beaucoup plus proches.
Les finlandais et les estoniens arrivent à peu près à se comprendre en tendant l’oreille, bien que ces deux langues ont beaucoup de mots de vocabulaire indentiques mais qui ont une signification différente !…

A noter la particularité de l’estonien qui n’a pas de système d’harmonie vocalique.
La langue estonienne a aussi été influencée par l’allemand; la présence de verbes à particules séparables est une des traces de cette influence germanique.

PS: Dommage que le guide de conversation « l’estonien de poche » ait été retiré du catalogue ASSIMIL peu de temps après sa parution… :-/

Par Marie-Gabrielle Limbourg le 30/08/16 à 21h56

Bonjour,

Y-aura-t-il prochainement une suite du Japonais sans peine niveau (B2) pour faire un niveau Perfectionnement du Japonais (C1) ?

Je vous remercie d’avance pour votre réponse,

Bonne semaine,

Marie-Gabrielle.

    Par Éditions Assimil le 31/08/16 à 11h37

    Bonjour Marie-Gabrielle, on ne communique pas d’éléments sur les ouvrages à venir, donc nous ne pouvons pas répondre à votre question pour le moment. Ce que je peux simplement vous dévoiler, c’est qu’il y aura une nouveauté importante en japonais pour le début de l’année 2017.

Par Michel BELLON le 03/09/16 à 11h20

Bonjour Assimil,

Le site présente comme nouveautés « Les clés de l’orthographe » et « Les clefs de la grammaire ». Or, ces deux livres sont parus une première fois en 2013.
S’agit-il d’une simple réimpression, ou y a-t-il, mis à part les couvertures (abandon des spirales et graphisme légèrement modifié), des différences de contenu ?

Merci pour ces précisions,
Michel.

    Par Éditions Assimil le 07/09/16 à 11h42

    Bonjour, il n’y a pas de différences de contenu. Seules les couvertures et les ISBN changent, ce qui fait des ces ouvrages, techniquement, des nouveautés.

Par Halokkin Kisz le 05/10/16 à 21h16

Je sais bien qu’Assimil ne divulgue jamais RIEN de ses futures parutions… Je ne poserai donc pas de question qui resterait sans doute sans réponse, mais me contenterai de rappeler que nous attendons toujours impatiemment les mises à jours des méthodes de Grec, de Hindi, et de Thaï…
On en a pas mal parlé sur ce « mini forum » à un moment, et puis plus du tout…
Quid? (ah, zut, une question!) 🙂

Par Chris K. le 06/10/16 à 17h35

@Halokkin Kisz:
je suis tout à fait d’accord !
Les éditions ASSIMIL travaillent beaucoup trop dans le secret (peur de la concurrence ?)

Pour moi les méthodes « sans peine » qui ont vraiment besoin d’une mise à jour ou d’être complètement refaites sont:

– Le grec moderne
– Le Bulgare
– Le corse
– Le basque
– Le finnois
– Le coréen
– Le hindi
– Le thaï
– Le vietnamien

Une méthode de langue à partir de 10 – 15 d' »âge » a vraiment besoin d’être mise à jour; les langues vivantes et les technologies évoluent tellement vite !

Hormis le chinois et l’anglais U.K. & business, depuis début 2016, dans la collection « sans peine », on a que des nouvelles couvertures et mises en pages qui arrivent au compte-gouttes.

Par Chris K. le 06/10/16 à 17h44

* 10-15 ans d’ « âge » (je pense que tout le monde avait compris…)
C’est dommage de ne pas avoir la main pour modifier ou corriger un message sur ce blog une fois qu’on l’a envoyé.

Par Halokkin Kisz le 07/10/16 à 22h34

En effet !
Je trouve qu’Assimil a fait un très bon travail de remise à jour avec le chinois et le roumain (principalement). Alors à quand les autres?
Quant à ce secret… La concurrence en est-elle vraiment la raison?

Par Chris K. le 20/12/16 à 3h27

Hallucinant !!!! Je viens de voir sur Amazon.fr un exemplaire d’occasion du livre « le tamoul sans peine » vendu pour la modique somme de 31.374,00 €
(bien sûr sans oublier les 2,99 € de frais de livraison…)

Maintenant, s’il existe des collectionneurs richissimes (et surtout un peu naïfs) pour débourser une telle somme, le vendeur qui a fixé ce prix de dingue aurait tort de s’en priver !
On se demande si c’était une bonne idée d’avoir retiré ce pack de tamoul du catalogue ASSIMIL.

J’ai eu la chance d’acheter ce pack à l’époque où il était encore commercialisé; les CD audio sont gravés sur mon PC et téléchargés sur mon smartphone; il est hors de question que je me sépare du livre. Je vais même peut-être le faire assurer en cas de sinistre, vu sa valeur sur le marché ! Je touche du bois…

Par Olivier le 20/12/16 à 21h43

Purée, j’ai « le tamoul » et les 4 CD audio. Proportionnellement à l’annonce, ça doit valoir un paquet de thunes, ça! 😀

Par Chris K. le 21/12/16 à 0h40

Moi aussi j’ai le coffret avec les 4 CD.
Vu que le livre seul est vendu presque au prix d’un lingot d’or sur Amazon.fr, je pense que je vais faire assurer mon exemplaire en cas de catastrophe naturelle (!)

Par Hélene le 05/09/17 à 15h21

Bonjour !

Je suis une fervente admiratrice des méthodes assimil, et j’ai appris quelques langues seule grâce à vos livres. Mais j’ai voulu dernièrement me mettre à une nouvelle langue, qui m’intéresse beaucoup : le Hindi. Et j’ai été (sans doute pour la première fois!) déçue par la méthode, que je trouve assez peu claire dans ses explications, et très « vieillotte » au niveau de son contenu…

D’où ma question : est-il prévu, dans un avenir plus ou moins proche, un rafraîchissement de la méthode du Hindi sans peine? J’aimerais le savoir afin de décider vers quelle(s) méthode(s) me tourner.

Cordialement,

Hélène E.

    Par Éditions Assimil le 05/09/17 à 15h27

    Bonjour, merci pour votre message. La méthode de hindi date effectivement. Nous ne pouvons répondre à votre question car nous ne communiquons pas sur les nouveautés à paraître à échéance plus ou moins longue. Notre conseil : suivez-nous sur les réseaux sociaux et le blog afin d’être informée des parutions.

Par Chris K. le 05/09/17 à 18h43

Bonsoir,

En plus du hindi,
le vietnamien, le coréen, le bulgare, le norvégien, et l’anglais U.S. commencent aussi à dater…
On croise les doigts pour qu’il y ait des remises à jour, voire des refontes pour chacune de ces langues.

Par Claude Laporte le 06/09/17 à 23h33

Le cours de l’Assimil de tamoul est tombé à 95 euros sur amazon.fr.
Cette méthode est encore plus volatile que le bitcoin.

Par Chris K. le 07/09/17 à 9h48

Le tamoul « sans peine »:
j’ai aussi vu un coffret (livre + 4 CD) neuf, mais vendu à prix d’occasion (38 EUR) dans la grande librairie Joseph-Gibert (Paris),
comme quoi tout est possible; c’est au coup de bol !

J’espère qu’un jour cette méthode sera rééditée sous forme numérique (idem pour l’arménien et l’alsacien).

Ajouter un commentaire

Interviews

articles populaires

Les nouveautés de la rentrée

08/08/13
192 commentaires

Sanskrit : le making-of

06/06/13
110 commentaires

Nouveautés Assimil :
ce qui vous attend à la rentrée

24/06/14
109 commentaires

Latin : retour vers le futur

28/09/15
99 commentaires

Nouveautés : ce qui vous attend
au premier trimestre 2014

01/01/14
78 commentaires

La méthode Assimil
disponible en digital

27/08/13
63 commentaires

Les nouveautés de la rentrée 2015

05/08/15
60 commentaires

Une nouvelle ligne graphique
pour la collection sans peine

11/08/15
57 commentaires

Le roumain, Ionesco
et la méthode Assimil :
entretien avec Vincent Ilutiu

14/04/14
42 commentaires

Nouveauté : Grammaire du japonais
de Catherine Garnier

16/02/17
36 commentaires

derniers commentaires

au hasard

Polyglot Conference 2016 : Ghil’ad Zuckermann

29/01/17
0 commentaire

Les méthodes numériques Assimil
en démonstration au BHV

04/04/16
0 commentaire

Apprendre une langue étrangère
grâce aux séries TV

01/02/16
0 commentaire