Découverte archéologique majeure :
les Indo-Européens
viennent du Pôle Nord

Publié le 01/04/2015 par Éditions Assimil
12 commentaires

Arctic_Ocean
Objet de toutes les réflexions et recherches depuis plus de trois siècles, le mystère des origines des Indo-Européens s’achève : une équipe de chercheurs russes et finnois vient de mettre au jour un important site datant du IVe millénaire avant notre ère à proximité du cercle polaire, qui comporte également des inscriptions en proto indo-européen.
Cette découverte archéologique bat en brèche toutes les thèses avancées pour situer le point-origine du peuple indo-européen (steppes de l’Ukraine, Anatolie, Inde, rives de la Baltique, etc.).
C’est également un démenti de taille pour les sceptiques, au premier rang desquels on trouve l’historien et archéologue Jean-Paul Demoule, qui vient de publier Mais où sont passés les Indo-Européens ? (Seuil) et qui nous avait accordé un entretien en janvier dernier. Joint par téléphone, Jean-Paul Demoule n’a pas souhaité, à ce stade, commenter cette information. Rappelons que Jean-Paul Demoule conteste l’existence d’un peuple indo-européen et le concept du foyer d’origine.
Nous reproduisons ici la dépêche de l’agence ITAR-TASS in extenso :

Dépêche 2015-03-27337 – Agence ITAR-TASS,

Информационное телеграфное агентство России, 31 mars 2015 (traduit du russe par nos soins).

Dès 1903, l’érudit indien Bâl Gangâdhar Tilak avait proposé avec de bons arguments scientifiques, notamment astronomiques à partir d’une étude minutieuse des védas et de l’avesta, une localisation au Pôle Nord de l’habitat du peuple indo-européen originel. Une équipe archéologique conjointe russe (de l’université de Tcheliabinsk) et finnoise (de l’université de Turku) a découvert une importante nécropole préhistorique datée par le carbone 14 du IVe millénaire avant notre ère et située à proximité immédiate du cercle polaire. Les individus, hommes et femmes, sont inhumés en position allongée, accompagnés de nombreuses offrandes (poteries, haches en cuivre, pointes de flèche en silex). Il s’agit d’une population de grande taille, dont les premières analyses par ADN montre qu’elle avait très majoritairement les yeux et les cheveux clairs, contrairement aux populations actuelles de la région. Le sol gelé a permis dans plusieurs cas la conservation exceptionnelle de fragments de textiles. Il s’agit de vêtements colorés à l’ocre rouge. Une personne visiblement importante, corpulente et d’un âge déjà avancé, portait en outre un couvre-chef conique de même couleur et était entouré de nombreuses petites figurines d’animaux et d’humains taillées dans des ossements d’ours.

Le village situé à proximité, entouré d’un large fossé et d’une palissade, regroupait de nombreuses habitations rectangulaires, ressemblant aux isbas actuelles. Plusieurs fosses à détritus sont en cours de fouille et montrent que les habitants consommaient essentiellement des rennes, lesquels étaient également utilisés comme animaux de trait. Plusieurs patins de traineaux en bois ont d’ailleurs été retrouvés. Certaines omoplates de rennes comportaient des inscriptions fragmentaires gravées. En cours de déchiffrement par les linguistes de l’université de Tcheliabinsk, les caractères de cette écriture ressemblent beaucoup aux runes germaniques connus à date plus récente en Scandinavie. Quelques mots déjà restitués évoquent très fortement la langue proto-indo-européenne telle qu’elle peut être reconstruite aujourd’hui. Les linguistes russes donnent en exemple les mots « akvam », « vagam » ou encore « manum ». Il s’agirait donc bien de la découverte, cette fois indiscutable, du foyer originel et polaire des Indo-Européens, d’où ce peuple s’est dispersé ensuite sur une grande partie de l’Eurasie en plusieurs vagues successives.

Plusieurs autres sites comparables semblent avoir été également détectés grâce à des prospections aériennes au moyen de drones. Interrompues par l’hiver, les fouilles archéologiques dont on attend encore beaucoup, doivent reprendre très prochainement.

Vous pourrez débattre avec  Jean-Paul Demoule lors de sa conférence sur les Indo-Européens le 9 avril (19h) à la Maison de l’Amérique Latine, 217 Boulevard Saint-Germain 75007 Paris.

Commentaires

Par Michel BELLON le 01/04/15 à 19h17

Bonjour,

Quelle nouvelle intéressante et inattendue !

Je me réjouis tout particulièrement qu’on ait déjà pu déchiffrer et traduire certains mots, et je suppose que leur signification, qui n’est pas indiquée ici, doit être « eau » (akvam), « chemin, voie » (vagam) et « moi, me » (manum), forme fléchie du pronom « je » (ego).

D’après mes propres hypothèses, il est très probable que l’on arrive prochainement à identifier aussi le mot signifiant « poisson », dont la forme restituée généralement admise est « paskam », ou « kwalam » s’il s’agit d’un gros poisson.

D’ailleurs, on savait depuis longtemps que nos lointains ancêtres (pardon à nos concitoyens basques qui liraient ce commentaire) se nourrissaient abondamment de cet animal, et il faudra maintenant déterminer si le commerce avec des peuples plus méridionaux leur permettaient de ce procurer cet aliment, et surtout si ce sont les Indo-Européens qui ont introduit l’élevage du renne en Scandinavie.

Bonne soirée à tous,
Michel.

Par Michel BELLON le 01/04/15 à 19h18

… si le commerce leur permettAIT…
Mille excuses.

Par Michel BELLON le 01/04/15 à 20h45

… si le commerce leur permettAIT de SE procurer…
La honte m’étouffe, comme une arête coincée en travers de ma gorge.

Par pascal le 01/04/15 à 23h47

Ils sont descendus vers le sud pour se réchauffer..

Par pascal le 01/04/15 à 23h54

– Je me demande si…
– Mais non, que vas-tu chercher là, ils sont sérieux chez Assimil !

Par Jonathan le 07/04/15 à 21h55

Nous sommes le 7 avril. Je tombe sur cet article ; et je me dis : -C’est quoi cette affaire-là? Ça n’a aucun sens! (bien que je doute de ce que dit M. Demoule, tout ignorant que je suis.)

Ensuite je vois la date : haha lol…. Ç’a du sens tout d’un coup…

Bonne journée à tout le monde…

Par SB le 08/04/15 à 17h05

On rigole, mais l’hypothèse a été formulée sérieusement:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Haudry#La_th.C3.A8se_de_l.E2.80.99origine_nordique_circum-polaire_et_la_blondeur

Par Michel BELLON le 09/04/15 à 19h19

Bonsoir SB,

Bien sûr que cette hypothèse a existé, comme de nombreuses autres, mais dans le lien que tu donnes, il est bien précisé qu’elle est hautement controversée. En fait, très peu de spécialistes la considèrent comme sérieuse, et les preuves apportées à son appui sont discutables.
De même, Gangadhar Tilak a effectivement écrit un livre allant dans le sens d’un foyer arctique des Indo-Européens (http://en.wikipedia.org/wiki/The_Arctic_Home_in_the_Vedas).

C’est la raison pour laquelle ce canular est subtil.

Bonne soirée,
Michel.

Par SB le 10/04/15 à 17h54

@Michel BELLON: « formuler sérieusement quelque chose » « formuler quelque chose de sérieux » 🙂

Par bernard mazerat le 11/04/15 à 23h36

Il me semble que l’on s’escrime à chercher une origine unique
or il semble bien que le processus d’humanisation se soit opéré
dans plusieurs foyers et que certaines branches ont disparu.Certains mots de ces foyers ont pu , dans certaines condition perdurer par l’emprunt , ou l’échange ?
Ce ne serait donc pas tant la localisation de l’émergence qui serait décisive , que la généralisation de l’usage d’un mot .(comme concept)

Par Michel BELLON le 14/04/15 à 14h26

Bonjour Bernard,

En effet, il faut distinguer plusieurs choses :
– les données archéologiques, qui sont sans doute les plus probantes.
Il est pourtant toujours possible de les discuter au regard des éléments culturels qu’elles mettent ou semblent mettre en évidence.
– les données culturelles, qui sont sujettes aux emprunts, et sont donc un peu moins sûres que les précédentes.
Par exemple, on voit comment des religions (le Christianisme, l’Islam) ou des habitudes nutritionnelles ou vestimentaires ont pu se diffuser chez des peuples très différents les uns des autres.
– les données linguistiques, qui probablement apportent le moins d’informations irréfutables.
Celles qui concernent le seul vocabulaire sont encore moins fiables que les autres. On trouve par exemple en japonais un grand nombre de mots anglais, plus ou moins reconnaissables en raison des différences phonétiques importantes qui existent entre ces deux langues. Cela ne signifie pas que le japonais et l’anglais soient « apparentés » au sens où les langues indo-européennes le sont, et la forme parfois très différentes que les mots anglais adoptent en passant en japonais n’indique pas non plus que les emprunts en question aient été faits il y a longtemps.
Même dans le domaine de la « grammaire » (au sens large et commun du mot), on constate parfois que des langues plus ou moins proches peuvent s’influencer : emprunts, comme le pluriel en -s du roman passé à l’anglais ; ressemblances, souvent issues de convergences dues au voisinage géographique, comme pour le système des articles postposés en albanais, bulgare et roumain, etc.

Cela dit, l’hypothèse indo-européenne repose sur tellement de faits concrets, dans tous les domaines, qu’il est difficile de la rejeter entièrement. De même, pour ce « peuple » précis, il n’est pas absurde de se poser la question d’un « foyer » commun, même si celui-ci est difficile à localiser précisément, et si, peut-être en raison de possibles migrations précoces, il a pu jusqu’à ce jour, au fil des théories, être situé dans des régions plus ou moins éloignées les unes des autres.
Rien ne permet de savoir si cette question sera un jour définitivement résolue.

Bon après-midi,
Michel.

Par botturi le 22/05/15 à 20h13

il s’agit d’un canular, une écriture runique ah oui, les runes dérivent comme toute les écritures consonantiques puis alphabétiques des signes proto sinaïtique, dont les première occurrences datent du XV° siècle avant JC donc bien postérieures à ce que dit cet article pseudo scientifique dont la place devrait figurer dans le Gorafi…
cela ne fait m^me pas sourire, ça ne mérite qu’un haussement d’épaules. Cet article montre une grande ignorance de la grammatologie… ignorance et navrance….

Ajouter un commentaire

Interviews

articles populaires

Les nouveautés de la rentrée

08/08/13
192 commentaires

Sanskrit : le making-of

06/06/13
110 commentaires

Nouveautés Assimil :
ce qui vous attend à la rentrée

24/06/14
109 commentaires

Latin : retour vers le futur

28/09/15
99 commentaires

Nouveautés : ce qui vous attend
au premier trimestre 2014

01/01/14
78 commentaires

La méthode Assimil
disponible en digital

27/08/13
63 commentaires

Les nouveautés de la rentrée 2015

05/08/15
60 commentaires

Une nouvelle ligne graphique
pour la collection sans peine

11/08/15
57 commentaires

Le roumain, Ionesco
et la méthode Assimil :
entretien avec Vincent Ilutiu

14/04/14
42 commentaires

Nouveauté : Grammaire du japonais
de Catherine Garnier

16/02/17
36 commentaires

derniers commentaires

au hasard

Polyglot Conference 2016 :
entretien avec Richard Simcott

18/07/16
1 commentaire

Livres numériques Assimil :
mode d’emploi

07/02/14
5 commentaires

Lire dans une langue étrangère :
10 conseils pour adopter la VO

25/04/17
2 commentaires