Le polyglotte-trotter :
entretien avec Daniel Krasa

Publié le 15/11/2013 par Éditions Assimil
13 commentaires

Daniel-Krasa-(8)
Né à Vienne en 1976, Daniel Krasa est un personnage totalement atypique de la Mitteleuropa, telle qu’on se la représente. Auteur brillant et respecté dans le monde de l’édition linguistique et touristique, ce polyglotte a signé près de 40 ouvrages dans 4 langues différentes. De langue maternelle allemande, Daniel s’exprime dans un français parfait, un idiome qu’il a appris au lycée (et un atout indéniable pour publier aux éditions Assimil). Mais surtout, Daniel est un spécialiste de l’arabe, du hindi et de l’ourdou.
Avec des grands-parents qui parlaient des dialectes allemands, mais aussi le russe, le tchèque et le hongrois (pour faire court), Daniel avait sans nul doute une forme de prédestination pour les langues. A l’âge de 6 ans, la dimension magique de la langue lui est révélée : dans une station-service, il entend son grand-père parler dans une langue inconnue avec un homme. Cet homme est un Polonais, et c’est en russe que les deux adultes arriveront à se comprendre. Comme il est très attiré par l’Amérique du Sud, Daniel apprend l’espagnol tout seul à 14 ans puis intègre un lycée franco-allemand à Francfort. C’est l’heure de l’apprentissage du russe et de l’anglais. A 15 ans, il apprend le turc puis, un an plus tard, l’arabe avec la méthode Assimil. En maths, Daniel n’est pas très assidu, mais il a des profs compréhensifs qui connaissent son goût pour les « ailleurs linguistiques ». En outre, ses parents soutiennent cette appétence extraordinaire pour les langues étrangères et le soutiendront de manière indéfectible tout au long de cette aventure intellectuelle. A l’époque, Daniel s’imagine travailler dans le milieu des affaires, en mode international et en VO, partout où le business le demande. Pourtant, il part d’abord en Jordanie et en Israël pour se consacrer à l’étude universitaire de l’hébreu et surtout de l’arabe, une langue qui devient une véritable passion. De retour à Vienne pour son service militaire, il pose ses valises quelque temps dans la capitale autrichienne. Il y finira ses études en sciences politiques et en orientalisme. Il se spécialise en arabe algérien et, à 22 ans, il publie son premier livre consacré à l’apprentissage de ce dialecte (en allemand, chez Reise Know-How Rump, adapté en français pour Assimil). C’est le premier d’une longue série et le début d’une collaboration importante avec l’éditeur Peter Rump. Une année plus tard, Daniel est à São Paulo où il travaille dans une agence de publicité ; il en profite pour apprendre le portugais. Puis, cap sur l’Inde où il passe deux ans pour étudier le hindi et le marathi à Pune, à côté de Mumbai. L’idée d’embrasser la carrière diplomatique le traverse un temps, mais il renonce assez vite à ce projet, réalisant qu’il s’agit un peu de l’antithèse de ce qu’il recherche : un diplomate représente son pays à l’étranger et parle surtout sa langue et celle du pays dans lequel il officie. A l’inverse, Daniel Krasa cherche surtout à pratiquer toutes les langues qu’il a apprises et à échanger avec des cultures différentes… pour toutes ces raisons, il choisit de devenir en quelque sorte ce qu’il est déjà : un écrivain spécialiste des langues et un linguiste qui vit de sa plume. Rencontre avec un polyglotte-trotter qui ne se départit jamais d’une humilité confondante.

Assimil : Dans ta famille, on parlait quelle(s) langue(s) au quotidien et aux repas de famille ?
Daniel Krasa : En famille, l’allemand était la seule langue utilisée. Mes parents et mes grands-parents parlent plusieurs langues, alors j’ai entendu des bribes de russe, de hongrois, d’anglais, de français, d’italien et de tchèque dès mon plus jeune âge. Cependant, c’est l’allemand que nous parlions et que nous parlons quasi exclusivement à la maison. Et quand je dis l’allemand, je parle à la fois de l’allemand standard et des dialectes bavarois et viennois. Ces derniers, bien qu’étant plus mélodieux, sont malheureusement très chargés en calories.

A : Combien de langues maîtrises-tu aujourd’hui ?
DK : C’est une question délicate. Les linguistes et les polyglottes ont du mal à répondre à ce type de questions, tout simplement parce que plus nombreuses sont les langues que tu maîtrises, plus l’apprentissage de la suivante est facile. Ainsi tu atteins un nombre de langues faramineux qui, au mieux, laissent les gens sans voix ou, au pire, leur donne envie d’appeler l’asile pour te faire interner.
Cette multiplication des langues miraculeuse est due à plusieurs facteurs. Primo, une fois que ton cerveau est programmé pour distinguer, s’emparer et absorber différents idiomes, il devient plus aisé d’en maîtriser de nouveaux. Deuxio, le problème qui consiste à apprendre du nouveau vocabulaire n’est plus aussi important qu’avant, parce qu’une fois que vous avez acquis une grande quantité de mots appartenant à différentes familles de langues, il devient moins problématique d’acquérir des langues de même famille. En effet, dans ce cas vous connaissez déjà un certain nombre des mots les plus importants (comparez par exemple le français, l’espagnol, le portugais et l’italien d’une part et, d’autre part, l’arabe, le turc, le persan et l’ourdou). Mais pour en revenir à ta question, je parle couramment l’allemand, le français, l’anglais, l’espagnol, le portugais, l’italien, l’arabe, le russe, l’hébreu et l’hindi/ourdou. En outre je maîtrise le turc, le marathi, le pendjabi, le gurajati, le romani, le chinois (mandarin), le cantonais, le thai, l’indonésien/malais, le ladino et le yiddish. Enfin, je me sens à l’aise en roumain, en serbe et en croate, en néerlandais, en azerbaijani et en afrikaans.
Vous pensez que je suis fou ? hé bien, les langues c’est mon boulot quotidien. J’y travaille ou écris sur elles tous les jours, un peu comme un pianiste qui fait ses gammes. Donnez-lui un violon et, bien qu’il ne sera sans doute pas capable d’en jouer correctement au bout d’un moment, il pourra au moins savoir si les les tons qu’ils utilisent sont placés aux bons endroits ou pas. Mais attention, si vous me donnez un violon, à l’asile je ne suis pas certain qu’ils apprécient. Et les électrochocs, très peu pour moi  !
Cours de Hindi pour débutants - Ed. Hueber

A : A quoi cela sert-il de parler tant de langues ?
DK : Tu veux dire à part le fait qu’on écrive sur toi ou qu’on t’interroge pour un entretien sur un blog ? … je plaisante !
Le langage n’est pas seulement une forme de communication, c’est une clé ! Avec, on peut ouvrir bien des portes, derrière lesquelles on peut trouver tant de manières de vivre. Il n’est pas suffisant d’apprendre une langue, vous devez aussi apprendre à connaître ceux qui l’utilisent, leur état d’esprit, leurs coutumes et leur façon de voir les choses et de vivre. En agissant ainsi, vous vous rendrez compte que le fait de parler une langue différente vous enrichit toujours et ajoute quelque chose à votre personnalité. Dans mon cas : la schizophrénie (je plaisante toujours, euh… en fait, pas tant que ça). Tu vois ce que je veux dire ?

A : Est-ce qu’il y a eu un déclic pour toi à un moment, qui a déterminé ton choix de devenir un professionnel des langues ?
DK : Les langues forment ma passion depuis que j’ai 12 ans. Je me souviens de la première fois où j’ai parlé arabe avec un cairote : j’avais 16 ans. Cette personne était si enjouée et a réagi de façon si enthousiaste que j’ai décidé de continuer mes études dans cette voie. Depuis cette expérience, j’ai vécu des milliers de situations similaires où ma connaissance d’une langue spécifique créait une ambiance qui mettait les gens à l’aise et garantissait presque toujours un grand sourire et ce, dès le début. Avec « My tailor is rich and my flowers are beautiful », on n’est pas très loin de cela…

A : Avec l’expérience, quelles sont les astuces ou les conseils personnels que tu peux donner à ceux qui veulent apprendre plusieurs langues ?
DK : Je pense que la chose la plus importante qu’il faut garder à l’esprit, c’est que le langage est un instrument qui permet de rentrer en contact avec les autres. Il faut donc essayer de parler, même si tout n’est pas parfait. Il n’y a que la pratique qui vous permettra de parler couramment. N’hésitez pas et ne soyez pas timide, même si vous faites des erreurs. Ce genre de choses brise la glace et dans la plupart des pays il est important de pouvoir faire preuve d’auto-dérision. Essayez seulement de parler ! Quand vous choisissez une méthode d’apprentissage, soyez sûrs d’opter pour un cours  qui vous assure un enseignement à un rythme lent mais régulier. Assimil représente une fantastique méthode d’auto-apprentissage (c’est la raison pour laquelle j’ai choisi d’écrire pour vous), mais si vous prenez une langue étrangère essayez aussi de trouver un locuteur dont c’est la langue maternelle, immergez-vous dans la culture du pays, regardez des films  en VO, écoutez des chansons et essayez les spécialités locales.

A : Tu as beaucoup publié, des ouvrages touristiques, des guides de conversation, des méthodes de langues, des livres de linguistiques plus confidentiels, etc. qu’aurais-tu envie de publier que tu n’aies déjà fait ?
DK : Etre auteur et linguiste indépendant suppose que tu écrives pour gagner ta vie. Cela signifie que tu dois te concentrer sur certains titres avec un potentiel commercial. J’ai passé pas mal de temps à étudier des langues plutôt « exotiques » et j’aimerais pouvoir consacrer des publications universitaires à ces langues. Je viens de finir un cours de rromani (la langue des Roms) pour l’université de Graz et j’espère pouvoir dégager davantage de mon temps pour travailler à d’autres projets de ce type à l’avenir.
Guide de tourisme Tel Aviv Reise Know-How Verlag

A : Tu es autrichien mais tu vis en Allemagne. Quelle est la situation de la langue allemande aujourd’hui et quelle est selon toi son avenir ?
DK : L’allemand est une langue intéressante car elle présente des variantes régionales. Dans le domaine des dialectes et des particularismes, il y a peu d’autres langues en Europe qui offrent autant de facettes et une aussi grande richesse. En tant qu’Autrichien, je constate à quel point la langue a pu changer ces dernières années. Cela est à la fois dû à l’influence des médias et à une ignorance grandissante des identités linguistiques. Il n’y a pas de dimension nationaliste dans mes remarques, mais je regrette simplement que bien des termes considérés comme typiquement autrichiens ou tout à fait particuliers à une certaine région disparaissent du langage quotidien, au profit d’expressions génériques ou substituables. C’est triste parce que lentement, on éradique quelque chose de très original et d’unique dans l’expression en allemand. Cela limite forcément la possibilité d’exprimer certaines subtilités, et d’autant plus que ces mots spécifiques tendent à devenir de plus en plus obsolètes.
Guide de tourisme Vienne Reise Know-How Verlag

A : L’arabe est une autre de tes grandes passions linguistiques. En Occident c’est une langue qui souffre d’un déficit d’image pour des raisons évidentes liées à la politique et à la religion. Quel regard portes-tu aujourd’hui sur la langue et le monde arabes ?
DK : Je suis toujours aussi fasciné par l’arabe et le monde arabe que je l’ai toujours été. Je regrette sincèrement qu’en raison des troubles politiques et religieux, bien des régions du monde arabe ne soient plus fréquentables ou « visitables ». Toutefois quand je parle arabe je me sens toujours aussi bien reçu et apprécié qu’auparavant. Il y a sans doute davantage de préjugés entre Arabes et Occidentaux, et la polarisation des deux côtés est un authentique problème, cependant la compréhension mutuelle est au centre de tout si l’on veut dépasser les différences. Quoi de mieux qu’une communication dans la langue de l’autre comme base de travail ?
Couverture de l'arabe algérien (collection langues de poche, Assimil)

A : Avec tous tes voyages, tes différentes expériences et toutes les langues que tu parles, te sens-tu autrichien, citoyen du monde, apatride ?
DK : Je voyage avec un passeport autrichien, et quand je suis loin de chez moi, il m’arrive parfois d’avoir la nostalgie de mon café préféré à Vienne, et bien sûr de mon escalope à la viennoise… A part ça, je ne me sens plus relié à une certain pays ou un certain continent, même si je ne peux ni ne veux nier mes racines européennes. Je suis qui je suis et je me sens béni de pouvoir communiquer avec une telle diversité d’individus dans leur langue maternelle. Cela m’a toujours aidé à nouer de nouvelles amitiés et cela a enrichi ma façon de percevoir d’autres mondes. Cela a aussi favorisé ce sentiment d’être chez moi dans bien des endroits de la planète. Et cela aussi me manque quand je retourne dans mon café préféré à Vienne.

A : As-tu toujours pour projet d’apprendre de nouvelles langues ?
DK : Bien sûr, je travaille en ce moment mon hongrois, mon tchèque, mon persan et l’un des idiomes les plus fascinants que j’ai découvert récemment : le zoulou ! Et il y en a encore bien d’autres sur la liste : si vous avez des suggestions, n’hésitez pas à me faire signe !

A : Pour finir, une question-gag en lien avec l’actualité américaine récente… avec ton profil, tu as tout pour intéresser une agence de renseignements. As-tu déjà été approché ?
DK : Ecoute, si j’avais déjà été contacté, est-ce que tu crois vraiment que je te répondrais « oui » ? Et si je te répondais « non », tu ne me croirais pas. Alors je te fais cette réponse : pour le moment, mes livres m’occupent bien assez. Mais je suis ouvert à d’autres voies, du moment qu’il s’agisse de liens pacifiques avec les gens, et du moment que les martinis sont offerts…

Couverture du guide d'argot hindi (Tuttle Publishing)Couverture du cours de marathi (editions Buske)

Commentaires

Par Emma le 18/11/13 à 12h00

Polyglotte, humaniste et bon-vivant: un personnage intéressant et attachant. Je retiens son conseil : ‘essayez seulement de parler’. La meilleure façon d’apprendre une langue étant donc de la parler ! Il suffisait d’y penser ;))

Par Klaus Werner le 22/11/13 à 13h41

Quel personnage. Mes félicitations pour un tel auteur!

Par Alessandra Ribeiro le 30/05/14 à 15h57

Daniel, fico muito feliz com seu sucesso, sei que é merecedor, estarei sempre acompanhando suas conquistas e desejo muito mais sucesso e realizações para você. Parabéns.
Abraços

Par CHoupette le 17/09/14 à 22h23

Je suis émerveillée par vos connaissances linguistiques,
Mille bravos et beaucoup de succès pour la suite de votre carrière.

Je voudrais apprendre l’anglais et le swahili, quelle méthode me conseillez-vous ?

    Par Éditions Assimil le 18/09/14 à 9h34

    Bonjour, Daniel ne peut vous répondre car ce n’est pas lui qui anime le blog… mais en tant que collaborateur d’Assimil, il ne pourra pas vous conseiller une autre méthode que la nôtre pour ces deux langues, disponibles sur notre site internet.

Par Camille le 21/09/14 à 10h54

Bonjour,

Je m’appelle Camille LEGROS, j’ai 26 ans et demi, je suis française et je suis aussi une passionnée de langues (ma passion pour les langues est venue assez tard).

Je parle un peu l’allemand, l’anglais et le norvégien (je ne les parle pas couramment et je n’ai [malheureusement] pas l’occasion de les pratiquer comme j’en aurais envie (à mon grand regret).

En 2010, je suis « tombée » (par hasard) sur des sites de langues internet:
. http://langue-norvegienne.voila.net/
. http://langue-russe.voila.net/
. http://langue-chinoise.voila.net/
. http://langue-islandaise.voila.net/
. http://langue-tcheque.voila.net/
. http://langue-croate.voila.net/
J’ai tout recopié sur des cahiers.
En septembre 2011, je suis « tombée » (par hasard) sur le site internet Skapago par le biais duquel on peut apprendre une langue de son choix en visioconférence (via Skype) avec un professeur natif du pays dans lequel l’on parle la langue que l’on a choisi (et « http://pavei.cappelen.no). Ce que j’ai fais pour le norvégien).
Là aussi j’ai tout recopié sur des cahiers.
En décembre 2012, je suis « tombé » par hasard » sur le site « http://www.ntnu.edu/now/intro-norwegian ».
Là aussi j’ai tout recopié sur des cahiers.
En mars 2014, je suis « tombée » (par hasard) sur le site « Ny i Norge » (Nouveau en Norvège).
Là aussi, j’ai tout recopié sur des cahiers.

Camille LEGROS

Par pascal le 26/09/14 à 2h43

En somme mieux vaut ne pas trop dire que tu es polyglotte, on ne sait jamais…

Par khoitran le 26/12/14 à 1h49

bonjour Daniel, je suis fasciné que vous connaisez 30 langues,avez vous des livres pour apprendre les methodes comments apprendre.merci beaucoup

Par Jean-Christophe Chiozzini le 17/07/15 à 19h47

Toujours autant d’admiration pour les polyglottes. Désolé de parler de ma petite expérience, mais la variété des langues Assimil m’a permis de me frotter à de nombreux langages. Dans les « nineties », c’est Assimil qui m’a sorti du « borchtch » russe , après que j’eus essayé quelques méthodes obsolètes…encore que tout est complémentaire, et nulle méthode n’est parfaite.
Et en effet, je confirme, les ponts que l’on jette entre les langues est d’un grand intérêt.
Je ne voyage que très peu, souvent ces langues semblent être superflues aux yeux de mes connaissances…pourtant, quelle travail de l’esprit, le nombre de connections neuronales se démultiplie, et puis, une langue, c’est l’âme d’une culture, d’un prochain que l’on ne connaît pas.
Vivent les cahiers d’exos Assimil: le seul point frustrant, dans les « Sans peine », est ce manque d’exercice.
A quand le Sumérien sans peine, et pourquoi pas le wolof?
On n’aimerait tous, de même, connaître le visage et le « pedigree » de nos professeurs.
Cordialement, j’aime vos éditions.

    Par Éditions Assimil le 20/07/15 à 10h23

    Bonjour Jean-Christophe, et merci pour vos compliments. Pour le visage et le pedigree de nos auteurs, ils sont presque tous sur notre site internet !
    Pour le Sumérien, ce serait vraiment un marché trop restreint dans la collection sans peine. Le wolof est un problème un peu différent, mais rien ne dit que nous ne publierons pas une méthode pour cette langue un jour.

Par Baron le 27/09/15 à 17h18

Bonjour,
Est-il possible de devenir polyglotte après 50 ans ?

Par Chris Keller- Kostakiotis le 28/09/15 à 12h39

Il n’y a pas d’âge pour apprendre les langues étrangères, voire pour devenir polyglotte….
Si on s’intéresse à l’étude des langues, si on apprend plusieurs langues et qu’on les pratique régulièrement, tout est possible, quelque soit l’âge qu’on a !

Après, l’apprentissage des langues étrangères, c’est un peu comme les mathématiques; soit on a « la fibre », soit on l’a pas.
Certaines personnes vont apprendre facilement, d’autres vont être plus hermétiques.

Mais dans tous les cas de figure, ce n’est pas une question d’âge. C’est juste une question de volonté et d’intérêt.

Ajouter un commentaire

Interviews

articles populaires

Les nouveautés de la rentrée

08/08/13
192 commentaires

Sanskrit : le making-of

06/06/13
110 commentaires

Nouveautés Assimil :
ce qui vous attend à la rentrée

24/06/14
109 commentaires

Latin : retour vers le futur

28/09/15
99 commentaires

Nouveautés : ce qui vous attend
au premier trimestre 2014

01/01/14
78 commentaires

La méthode Assimil
disponible en digital

27/08/13
63 commentaires

Les nouveautés de la rentrée 2015

05/08/15
60 commentaires

Une nouvelle ligne graphique
pour la collection sans peine

11/08/15
57 commentaires

Le roumain, Ionesco
et la méthode Assimil :
entretien avec Vincent Ilutiu

14/04/14
40 commentaires

Nouveauté : Grammaire du japonais
de Catherine Garnier

16/02/17
36 commentaires

derniers commentaires

au hasard

Entretien avec Salikoko Mufwene

20/06/17
0 commentaire

Nouveautés Assimil :
ce qui vous attend à la rentrée

24/06/14
109 commentaires

Polyglot Conference 2016:
interview with Richard Simcott

22/07/16
0 commentaire