Apprend-on plus facilement une langue étrangère grâce à sa langue maternelle ?

Publié le 02/04/2015 par Assimil
4 commentaires

Article langues maternelles - blog Assimil
Le fait d’apprendre une langue étrangère demande à la fois du temps et de la motivation. Cependant, la progression du niveau en langue peut être accélérée en fonction de la détermination de la personne, bien entendu, mais aussi de sa langue maternelle.

La maîtrise de celle-ci et sa proximité avec la langue apprise pourrait en effet aider à apprendre une langue plus facilement et à mieux assimiler son vocabulaire et ses règles grammaticales.

Apprendre une langue étrangère de la même famille que sa langue maternelle

Il est fréquent qu’une langue comporte des similitudes avec un ou plusieurs autres langages, du point de vue de son lexique ou de sa construction notamment. Cette ressemblance s’explique par le fait que ces langues seraient issues de la même « langue-ancêtre », appelée protolangue. Le français, l’espagnol, l’italien, le portugais ou encore le roumain font par exemple partie de la même famille, celle des langues romanes issues du latin.

Le fait d’apprendre une langue étrangère peut donc être favorisé par le fait que la langue apprise soit de la même famille que sa langue maternelle. Les lexiques, les structures grammaticales, les systèmes de conjugaison des deux langues peuvent présenter des ressemblances. La personne qui apprend la langue peut alors s’appuyer sur les mots transparents (des mots  identiques ou similaires entre les deux langues) pour accélérer son assimilation.

En espagnol par exemple, « épouse » se dit « esposa », musique se dit « musica », lune se dit « luna », tandis qu’en italien, « piscine » se dit « piscina », « recette » se dit « ricetta » et banane se dit « banana ». Issue d’une même racine latine, la structure des mots change peu d’une langue à l’autre et permet donc d’apprendre plus facilement.

Cette ressemblance n’est pas seulement liée à des caractéristiques culturelles ou géographiques. Elle peut aussi être due à des points de similitude morphologiques, au niveau de la mécanique de la langue et de la grammaire. L’endroit où se place l’information grammaticale dans la phrase, la manière de distinguer un objet et un sujet fait que l’anglais est, sur certains points, plus proche du chinois que du latin. Les personnes ayant le chinois comme langue maternelle verraient donc leur apprentissage simplifié par cette ressemblance.

Apprendre une langue étrangère proche de sa langue maternelle : un handicap ?

L’apprentissage d’une nouvelle langue proche de sa langue maternelle peut poser quelques problèmes de confusion, du fait justement de leurs similitudes. Ces problèmes se présentent en particulier chez les jeunes enfants qui font l’acquisition de leur langue maternelle et apprennent une deuxième langue en parallèle, et pour qui les modes de construction des deux langages interfèrent parfois. L’usage de la préposition « a » avec le complément direct des verbes transitifs en espagnol peut être transposé par erreur au français. La phrase « He visto a Miguel » devient alors « J’ai vu à Miguel » en français. L’erreur est due au fait que l’enfant réfléchit en se basant sur le fonctionnement de sa langue maternelle et l’adapte, par défaut, à la langue qu’il apprend.

Les confusions lexicales apparaissent chez les enfants comme chez les adultes au moment d’apprendre une langue étrangère proche de sa propre langue. En espagnol toujours, du fait de la proximité des sonorités et des mots, les apprenants sont parfois tentés d’adapter un mot pour le traduire, en ajoutant un « o » ou un « a » final par exemple. « Un gâteau » devient « un gato » et « la tête » devient ainsi « la teta ». Une initiative intéressante qui prouve que les mécanismes de la langue sont compris, mais qui peut donner lieu à de gros contresens. En effet, « un gato » signifie « un chat » et « la teta » désigne « le sein » en espagnol…

Se tromper, chercher son vocabulaire et apprendre à structurer une phrase font partie intégrante de l’apprentissage d’une nouvelle langue. Si la proximité avec sa langue maternelle peut être un atout pour progresser rapidement, l’apprentissage doit tout de même se faire par étape, pour maîtriser tous les aspects de l’idiome, aussi bien dans sa structure que dans son lexique.

L’essentiel dans l’apprentissage d’une langue est de ne pas se décourager face à la difficulté, surtout si c’est la première que vous apprenez. En effet, plus on apprend de langues, plus leur assimilation est aisée, qu’elles soient proches de notre langue maternelle ou non : c’est la propédeutique.

Commentaires

Par Barbara Soenens le 20/05/15 à 14h17

Bonjour,
je suis tout à fait d’accord avec votre article.

Ma langue maternelle est le français, et j’ai fréquenté l’école en néerlandais de la maternelle jusqu’à la fin des secondaires.

L’anglais et l’allemand n’ont jamais posé aucune difficulté et je les parle et écris couramment.

Lors de mes voyages en Norvège et en Italie, il ne m’a suffit que de quelques jours à chaque fois pour comprendre le norvégien et l’italien, et ce, sans avoir pris de cours (mais à l’aide d’un petit dictionnaire de poche) . La connaissance parfaite d’une langue romane et d’une langue germanique m’avaient préparé le terrain.

Actuellement , depuis que mon employeur a créé une succursale à Cracovie (Pologne) , je me suis décidée d’apprendre le Polonais. J’ai donc acheté en mars 2015 le nouvel Assimil Polonais de Barbara Kuszmider. Ceci était un défi, car je ne connaissais pas encore de langue slave et j’avais entendu dire que le polonais est une des langues les plus difficiles à apprendre. Mais à ma grande satisfaction, et grâce à l’excellent ouvrage de Mme Kuszmider, je parle et écris en polonais avec mes collègues. (j’en suis à la 75ième leçon). Je fais certes beaucoup d’erreurs mais le principal est que nous avons de réelles conversations écrites et parlées.

Je pense que la connaissance de l’allemand est un atout pour apprendre le polonais. Il y a beaucoup d’influences entre ces deux langues. Mais je remarque également certaines ressemblances entre le patois de Flandre occidentale que nous parlions sur la cour de l’école et le polonais.

Il est donc bien probable que mon bilinguisme m’ait beaucoup aidé pour l’apprentissage de mes 3ième et 4ièmes langues, et qu’effectivement ensuite, plus on apprend de langues, plus c’est facile.

Veuillez en tous cas transmettre mes remerciements à Mme Kuszmider. Quel plaisir d’apprendre de nouvelles langues !

Meilleures salutations

Barbara Soenens

    Par Éditions Assimil le 20/05/15 à 14h27

    Merci Barbara ! nous transmettons votre commentaire à Barbara et à l’équipe éditoriale.

Par Bruno Paré le 25/05/15 à 7h29

Bonjour,

j’ai quelques questions à vous poser:

-Est-ce que le « Perfectionnement espagnol » déjà prévu depuis longtemps, paraîtra un jour?
-Est-ce qu’un « Perfectionnement espagnol des Amériques » est prévu?
-Est-ce qu’un « L’Espagnol des Amériques » est prévu? Ce serait excellent d’avoir des enregistrements avec l’accent des différents pays où l’on parle l’Espagnol.
-Est-ce qu’une nouvelle version de « L’Anglais d’Amérique » est prévue?
-Est-ce qu’un « Perfectionnement anglais d’Amérique » est prévu?

J’ai aussi une remarque à faire au sujet de l’Esperanto: Je crois que beaucoup de gens qui possèdent déjà « L’Esperanto sans peine » achèteraient une nouvelle version refaite de A à Z de cette méthode.

Merci.

Bruno Paré (Montréal)

    Par Éditions Assimil le 26/05/15 à 8h28

    Oui, il paraîtra bien au mois de septembre, après bien des péripéties.

Ajouter un commentaire

Interviews

articles populaires

Les nouveautés de la rentrée

08/08/13
196 commentaires

Sanskrit : le making-of

06/06/13
110 commentaires

Nouveautés Assimil :
ce qui vous attend à la rentrée

24/06/14
109 commentaires

Latin : retour vers le futur

28/09/15
99 commentaires

Nouveautés : ce qui vous attend
au premier trimestre 2014

01/01/14
78 commentaires

La méthode Assimil
disponible en digital

27/08/13
69 commentaires

Les nouveautés de la rentrée 2015

05/08/15
63 commentaires

Une nouvelle ligne graphique
pour la collection sans peine

11/08/15
57 commentaires

Le roumain, Ionesco
et la méthode Assimil :
entretien avec Vincent Ilutiu

14/04/14
42 commentaires

Nouveauté : Grammaire du japonais
de Catherine Garnier

16/02/17
36 commentaires

derniers commentaires

au hasard

Présentation de l’occitan à la Maison de l’Aquitaine le 20 mai

12/05/14
1 commentaire

Une nouvelle édition de l’anglais
avec une clé USB

10/02/16
17 commentaires

Polyglot Conference 2016 :
entretien avec Richard Simcott

18/07/16
1 commentaire